Gironde: Les agriculteurs proposent des «Ferm’Box» pour confectionner soi-même les produits du terroir

INNOVATION Quatre coffrets sont en vente depuis le 20 novembre sur le site du Drive fermier…

Mickaël Bosredon

— 

Les agriculteurs girondins proposent des Ferm'Box
Les agriculteurs girondins proposent des Ferm'Box — Drive Fermier de Gironde

Apprendre à ouvrir ses huîtres, à confectionner son propre foie gras, à cuisiner le safran ou à réaliser son beurre à l’ancienne. Le drive fermier girondin vient de lancer ses «Ferm’Box», des coffrets cadeaux pour réaliser des ateliers chez des agriculteurs du département, sur le modèle des «smartbox.»

«Nous avons lancé le premier drive fermier il y a deux ans, et depuis nous cherchions de nouvelles idées pour promouvoir les produits du terroir», explique François Delmas Saint-Hilaire, chargé de mission/webmaster pour le drive fermier. «Nous avons travaillé dessus durant une année, et elles ont été officiellement lancées le 20 novembre. Nous en avons déjà écoulé une quarantaine.»

A commander sur Internet

A l’approche de Noël, les «Ferm’Box» représentent en effet une idée de cadeau originale. «Nous les proposons à un prix moyen entre 25 et 30 euros, sauf la box pour le foie gras affichée à 98 euros. Mais là vous confectionnez un canard entier, vous mangez sur place et vous repartez avec vos conserves, ce n’est donc pas si cher que cela.»

Toutes les box sont pour deux personnes. On les commande sur internet, et on les récupère sur l’un des quatre points de livraison des drive-fermier (Eysines, Lormont, Gradignan, La Réole). «On peut aussi se les faire envoyer par La Poste.»

«Etendre le concept en 2015»

Les producteurs associés sont Girondins. Ainsi le cours d’écaillage se déroule chez Sylvie Latrille, ostréicultrice à Piraillan près du Cap-Ferret. La confection des foies gras se fait à la ferme Gauvry à Rimons. La préparation du beurre à l’ancienne a lieu chez Claire Dubourg, éleveuse/fromagère à Pessac. Et les cours de cuisine au safran sont proposés chez Chantal et Jean-Noël Pelette, à Ambarès-et-Lagrave.

«Ce sont des tests, et s’ils sont concluants, la chambre d’agriculture qui est derrière ce projet espère bien étendre le concept en 2015. Nous pensons notamment à un producteur de bière pour apprendre à brasser sa bière.»