Top 14: «Pleins de choses sont passées par la tête» de Guitoune, le trois-quarts de l’UBB

RUGBY Après deux mois d’absence, Sofiane Guitoune a repris l’entraînement collectif…

Propos recueillis par Marc Nouaux

— 

Bordeaux's French fullback Sofiane Guitoune (C) runs with the ball  next to Castres' Romanian prop Mihaita Lazar (R)  during the French Top 14 rugby union match between Union Bordeaux-Begles (UBB) and Castres (CO) on October 11, 2014 at the Chaban-Delmas stadium in Bordeaux, southwestern France. AFP PHOTO / NICOLAS TUCAT
Bordeaux's French fullback Sofiane Guitoune (C) runs with the ball next to Castres' Romanian prop Mihaita Lazar (R) during the French Top 14 rugby union match between Union Bordeaux-Begles (UBB) and Castres (CO) on October 11, 2014 at the Chaban-Delmas stadium in Bordeaux, southwestern France. AFP PHOTO / NICOLAS TUCAT — AFP

Il est de retour. Sofiane Guitoune, 25 ans, a repris l’entraînement collectif ce mardi matin et pourra postuler à partir de la semaine prochaine pour le déplacement à Bayonne (samedi 20 décembre à 18h30). Le trois-quarts polyvalent de l’UBB évoque cette troisième longue blessure (grosse déchirure à la cuisse) en trois ans et ses ambitions personnelles pour cette saison qu’il avait démarrée en trombe, en étant notamment convoqué par le staff de l’équipe de France en septembre.

Vous vous sentez maudit par l’enchaînement de ces blessures?

Oui, pleins de choses passent par la tête. Après, ça fait partie du sport. En huit ans, c’est ma troisième blessure, le problème, c’est qu’elles se suivent. Ce n’est pas beaucoup mais elles sont toutes rapprochées et c’est ça qui fait ch…

Vous vous dîtes que cela pourrait être de votre faute?

Oui, je me suis posé des questions en me demandant ce que j’avais mal fait. Mais quand je me pose 30 secondes, je me rends compte que je travaille bien, je mange bien et je fais attention à mon hygiène de vie.

La blessure de Darly Domvo va vous offrir plus de temps de jeu à l’arrière…

Moi, je m’en fous un peu du poste où on me fait jouer, du moment que je joue au rugby. On verra où les coachs veulent me faire jouer. Quand j’étais jeune, j’aurais dit que mon poste où j’avais été le mieux formé, c’était à l’arrière mais maintenant je prends autant de plaisir à jouer à l’arrière, à l’aile, au centre…

Les résultats sont moins bons depuis quelques matchs…

[Il coupe] Ils sont moins bons car on perd ce match à domicile contre Toulouse avec cette transformation à quelques minutes de la fin. Si on la met, on est troisième et personne n’en parle. A Oyonnax, on a fait un beau match en première mi-temps, c’est la deuxième qui n’est pas maîtrisée mais on ne revient pas bredouille. Sur le plan comptable, c’est un peu dur mais dans le rugby on est là.

C’est frustrant de ne pas pouvoir rebondir avec ces coupures européennes ou internationales?

C’est frustrant car il y a des coupures mais ça fait partie du calendrier. On n’a pas beaucoup de marge de manœuvre si on veut faire ce que l’on s’était dit en début de saison donc il va falloir travailler dur.

Quel est votre objectif personnel à court terme?

Enfin lancer ma saison. Cela avait bien commencé et au retour des sélections de septembre, je n’ai plus trop joué, j’ai été malade puis cette déchirure. Essayer d’être bien au moins une fois dans cette équipe.

Avec le Tournoi des VI Nations dans le viseur?

Bien sûr mais le tournoi va vite arriver. On verra si j’ai la chance d’y participer mais comme il arrive vite, le plus important c’est de bien me concentrer sur moi et sur l’équipe.