Ligue 1: Les Girondins de Bordeaux font nul à Metz et remercient Carrasso

FOOTBALL Bordeaux aurait pu s’incliner en fin de rencontre mais Carrasso a arrêté un pénalty de Malouda…

Marc Nouaux

— 

Grégory Sertic le milieu des Girondins à la lutte avec Krivets lors de Metz-Bordeaux le 3 décembre 2014.
Grégory Sertic le milieu des Girondins à la lutte avec Krivets lors de Metz-Bordeaux le 3 décembre 2014. — JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

Les Girondins font la mauvaise opération de la journée. Tenus en échec à Metz (0- 0), ils laissent passer au classement Saint-Etienne et Rennes, vainqueurs à Montpellier et à Nice. Ce point du nul est un moindre mal puisque Carrasso a stoppé un pénalty de Malouda qui l’avait lui-même concédé à la 88e minute.

Le match a mis plus de 45 minutes à se lancer. La première période a en effet été sans relief et très pauvre en occasion de but. Mis à part un but logiquement refusé pour une position de hors-jeu à Khazri à la suite d’un centre de Contento à la 23e minute, il ne s’est absolument rien passé. En revanche, beaucoup de coups et de fautes du côté des Messins, qui ont compensé la supériorité technique des Bordelais par de l’agressivité.

Beaucoup d’occasions pour Metz

La deuxième période a mis également du temps à se débrider mais à la 64e minute, Diabaté, qui a hérité du ballon dans la surface, a complètement fourvoyé sa reprise à bout pourtant. Six minutes plus tard, Malouda qui sort un arrêt face à Malouda qui a profité d’un mauvais renvoi de la défense de Bordeaux.

Les Girondins auraient mérité d’être punis encore deux fois. Une première à la 83e minute quand Pallois a sauvé sur sa ligne une tentative d’Andrada qui a profité d’une grosse erreur de Sané. Et la plus grosse opportunité messine a été ce pénalty manqué par Malouda consécutif à une mauvaise appréciation de Carrasso.

Touré, Khazri et Diabaté décevants

 «Flo Malouda], c’est quelqu’un que je connais bien, on a joué en équipe de France ensemble pendant des années, j’ai essayé de ne pas me mettre que c’était lui dans la tête, a réagit Carrasso au micro de BeIN Sports. Il m’en a mis beaucoup, là je l’ai arrêté.»

Les Girondins peuvent regretter de ne pas avoir su proposer de jeu, manquant de dynamisme pour créer des décalages, à l’image d’un Touré très imprécis, d’un Diabaté inexistant ou d’un Khazri brouillon. Seule satisfaction, pour la deuxième fois consécutive, Bordeaux n’a pas encaissé de but. Une première depuis le début de la saison.