Bordeaux: Les vins de Sauternes se disent menacés par le tracé du futur TGV

ENVIRONNEMENT Entre Bordeaux et Dax, le train doit passer par la vallée du Ciron, une zone humide dont le climat est nécessaire à la fabrication du fameux vin liquoreux…

Mickaël Bosredon

— 

Vignes de la parcelle de château Guiraud, dans les Sauternes
Vignes de la parcelle de château Guiraud, dans les Sauternes — S.ORTOLA/20MINUTES

Le projet de Ligne à grande vitesse entre Bordeaux et Dax menace-t-il l’avenir des vins liquoreux de Bordeaux? Les appellations Sauternes, Sainte-Croix-du-Mont, Loupiac et Cadillac, soit 530 exploitations réparties sur 4.400 hectares, craignent en tout cas que le projet ferroviaire ne mette en péril la fabrication de ce vin si particulier.

«Les propriétés ne sont pas directement impactées par le tracé, explique Philippe Dejean, propriétaire du château Rabaud-Promis (premier grand cru classé de Sauternes), et président des Sweet Bordeaux, mais il est prévu que la future ligne traverse la vallée du Ciron et une trentaine de ses affluents. Il s’agit d’une zone humide et boisée, dont le microclimat participe à la formation de brouillards matinaux à l’automne, qui eux-mêmes favorisent la création du botrytis, la fameuse pourriture noble.»

Les conditions favorables à la création de la pourriture noble seraient perturbées

Le phénomène de la pourriture noble est très particulier, et permet la fabrication des vins liquoreux. Il résulte de l’attaque de la baie de raisin par un champignon, appelé Botrytis Cinerea. Ce champignon a la particularité de décolorer et d’assécher la baie. Le raisin perd alors son eau par évaporation et se concentre en sucre ; c’est à partir de là que l’on pourra produire certains des plus grands vins liquoreux.

«La nouvelle ligne ferroviaire traverserait cette vallée sur 70 km, et sur une bande large de 100 mètres, poursuit Philippe Dejean. Il est évident qu’une telle infrastructure modifierait profondément la climatologie de cette zone.»

Richesse naturelle et biologique

Dans un communiqué, les vignerons de Sauternes et Barsac, dont les grands crus classés en 1855 (notamment le fameux château d'Yquem), évoquent le «saccage de la vallée du Ciron et de ses affluents.» «La LGV va trouer la forêt-galerie qui protège ces rivières du soleil, donc de la chaleur. Et c’est justement la fraicheur de ces eaux ainsi conservée qui crée, en arrivant sur les terres chaudes du Sauternais, le phénomène de condensation et les fameux brouillards.» Pour eux, il s’agit d’un «arrêt de mort pour des crus connus depuis des siècles.»

Les vignerons soulignent par ailleurs que la vallée du Ciron est aussi située en zone Natura 2000, et qu’elle possède une grande richesse naturelle et biologique, avec la présence du Vison d’Europe, de l’écrevisse à pattes blanches, de la Cistude d’Europe et du Grand Capricorne.

L’Organisme de défense et de gestion (ODG) de Sauternes et Barsac appelle ainsi à rendre un avis négatif sur l’enquête publique actuellement en cours concernant ce projet. Cette enquête porte sur l’ensemble du projet GPSO (Grand projet ferroviaire du Sud-Ouest), qui prévoit de prolonger la Ligne à grande vitesse entre Bordeaux et Toulouse d’ici à 2024, et Bordeaux et Dax d’ici à 2027. Elle court jusqu’au 8 décembre.