Ligue 1: «Oui», Diabaté est indispensable aux Girondins de Bordeaux selon Willy Sagnol

FOOTBALL Avec désormais six buts en championnat, le Malien est encore le meilleur buteur des Girondins…

Marc Nouaux

— 

Les Sochaliens Cédric Kanté (au c.) et Julien Faussurier (à d.) face au Bordelais Cheikh Diabaté le 6 octobre 2013 à Bordeaux.
Les Sochaliens Cédric Kanté (au c.) et Julien Faussurier (à d.) face au Bordelais Cheikh Diabaté le 6 octobre 2013 à Bordeaux. — S. Ortola

Un coup moqué, un coup adulé. Telle est l’histoire de Cheikh Diabaté sous le maillot des Girondins. Le meilleur buteur bordelais a encore frappé dimanche face à Lille, recueillant cette fois-ci tous les suffrages. Si le grand public a du mal à cerner ce joueur atypique, ses coéquipiers et son entraîneur lui accordent toute leur confiance.

«Il broie les défenseurs, il les fatigue, sourit son vice-capitaine, Grégory Sertic, qui le connaît depuis 2006, date de son arrivée en France. Beaucoup le critiquent mais quand on l’a dans son équipe, on est fier. Il arrive toujours à mettre sa jambe pour terminer, même pour gagner un match à lui tout seul. On a besoin de lui et quand il n’est pas là, comme à Marseille, ça nous a fait un peu de mal.»

Les entraîneurs sont impressionnés

Alors, serait-il indispensable, Cheikh? «Oui», répond Willy Sagnol, son entraîneur, qui rend hommage à son buteur. «On ne peut que faire l’éloge de Cheikh. Pour un joueur comme Cheikh c’est normal qu’il y ait un décalage, entre ce que les gens peuvent penser, voir, dire.

Malheureusement, en France, on n’a pas de Ronaldo, de Messi, d’Aguero… On a d’autres joueurs, alors peut-être que le puriste qui regarde la télé peut se sentir frustré, mais le technicien que je suis et c’est également le cas des autres techniciens du championnat de France, je peux vous l’assurer, sont tous impressionnés par Cheikh. Il use les défenses, et à un moment donné, elles craquent.»

«A Metz, il va faire froid, il va falloir qu’il mette le bonnet»

«Il est ‘’chiant’’ car il bouscule ses adversaires, forcément quand tu es défenseur cela ne doit pas être agréable», insiste Whabi Khazri, milieu offensif qui était son adversaire jusqu’à la fin saison dernière. Meilleur buteur de son club lors des deux dernières saisons, le Malien pourrait enfin, à force de persévérance et de régularité, être reconnu à sa juste valeur par le public bordelais.  

«Il a été beaucoup critiqué et aujourd’hui, on sait que Cheikh est un bon attaquant du championnat de France, défend encore Sertic. Les gens s’arrêtent sur des choses qui sont fausses, parfois, sur des actions qu’il rate. Quand on le voit au quotidien, c’est un joueur technique, puissant, je le connais depuis que j’ai 16 ans, j’ai vu sa marge de progression, pour moi c’est un des très bons attaquants de Ligue 1. Il y a très peu d’attaquants qui pèsent sur les défenses comme Cheikh le fait. C’est mieux de l’avoir dans son équipe que contre.»

Mercredi, à Metz, il sera encore l’atout offensif numéro un des Bordelais. «Ouh là, il va faire froid, il va falloir qu’il mette le bonnet, chambre Sertic. On va le protéger le Cheiky! [Sourires]»