Bordeaux: Moins de panneaux publicitaires à partir de cet été

SOCIETE La communauté urbaine de Bordeaux élabore un réglement commun aux 29 communes de l'agglomération qui va dans le sens d'une baisse du nombre d'affichages publicitaires...

Elsa Provenzano

— 

Illustration panneaux publicitaires.
Illustration panneaux publicitaires. — (C) Fabrice ELSNER

Les immenses publicités qui s'étalent sur 12 m2 et qui vous sautent aux yeux, c'est bientôt fini! La communauté urbaine de Bordeaux (CUB) élabore un règlement commun aux 29 communes de l'agglomération qui va dans le sens d'une baisse du nombre d'affichages publicitaires et à l'abandon des très grand format. «Le maximum ce sera 8m2 et encore, pas dans tous les  zonages», assure le centriste Jacques Mangon, maire de Saint-Médard-en-Jalles et chargé à la CUB du nouveau règlement de publicité.

Sans aller jusqu'à la quasi-suppression comme l'envisage la ville de Grenoble, la CUB  souhaite une certaine reconquête de l'espace public pour empêcher «une pollution visuelle» à partir de l'été prochain, explique Jacques Mangon. Autre certitude, les publicités lumineuses ne seront plus autorisées la nuit, entre 23h et 6h.

Partout, il y aura un recul de la publicité

Certaines règles seront imposées à toutes les communes (pas de panneaux sur les espaces naturels, moins sur les centres-villes classés..) mais elles auront quand même une marge de manœuvre. A Mérignac par exemple, il devrait rester un nombre de panneaux importants à proximité des nombreuses surfaces commerciales. Les communes qui veulent aller plus loin et réduire très sensiblement l'affichage, certaines se sont déjà manifestées, auront aussi la possibilité de la faire. «Mais partout, il y aura un recul de la publicité. Elle a le droit d'être présente mais de façon mesurée et raisonnable», souligne l'élu.

Pour maintenir les recettes, certaines communes pourraient augmenter leurs tarifications. Cela dépendra de leur positionnement dans les différents zonages proposés par la CUB.

«On est bombardé du matin au soir»

Les habitants de la CUB interrogés par 20 minutes accueillent avec enthousiasme ce projet. «C'est une vraie pollution visuelle à laquelle on est très exposé quand on prend le bus ou le tram. Et c'est tout le temps les mêmes publicités répétées sur des panneaux différents», estime Carmen, 60 ans. «Cela gâche tout, je suis pour qu'on les enlève. On est bombardé du matin au soir, sur nos mails dans nos boîtes aux lettres. C'est très fatigant », renchérit Malika 50 ans. Loïc, 43 ans, a un avis plus nuancé sur la question: «il faut quelques panneaux publicitaires pour annoncer des festivités, des manifestations. Là où ça va trop loin c'est quand on a des allées entières remplies de panneaux, comme à Mérignac. Je suis favorable aux panneaux numériques qui font défiler les annonces, ça permet de réduire le nombre de publicités.»