Bordeaux: Les Girondins et le corner de la discorde

FOOTBALL Le deuxième but encaissé contre Marseille reste en travers de la gorge des Bordelais...

Loic Becart

— 

Duel entre Khazri et Mendy, lors de OM-Bordeaux le 23 novembre 2014.
Duel entre Khazri et Mendy, lors de OM-Bordeaux le 23 novembre 2014. — ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

«Frustration.» C’est sans doute le mot qui est le plus revenu dans la bouche de l’entraîneur bordelais Willy Sagnol après la défaite des Girondins dimanche soir à Marseille (1-3). Marc Planus et ses équipiers pensaient avoir fait le plus dur en ouvrant le score par l’intermédiaire de Touré. Puis l’OM a inscrit trois buts dans la dernière demi-heure.

«La victoire de l’OM est méritée, concède Willy Sagnol. Mais avec les occasions qu’on a eues, on est en droit de mériter mieux.» Ce qui reste en travers de la gorge du technicien girondin, c’est ce deuxième but de Gignac sur corner donnant l’avantage à l’OM. « Quand Marseille est revenu au score, j’ai fait des changements et les remplaçants ont apporté de bonnes choses, poursuit-il. On prend ce deuxième but sur une erreur, un joueur qui oublie d’aller au second poteau…»

«Difficile à accepter»

Il n’est pas le seul à être en colère sur ce deuxième but. Le gardien Cédric Carrasso s’est montré agacé à ce sujet en zone mixte. «Il y a des choses qui s’acceptent plus facilement que d’autres et aujourd’hui c’est difficile d’accepter de prendre un but comme celui-là», affirme-t-il. Il est relancé par une question: «C’est parce qu’il ne devait pas y avoir corner à l’origine?» La réponse est nette: «Non, c’est plus technique que ça mais je n’ai pas envie d’en parler à la télé.» Avant de s’en aller.

Pour autant, tout n’est pas à jeter pour les Bordelais, qui ont tenu tête au leader de L1 pendant une heure, bien qu’ayant passé une bonne partie de la première période dans leur propre moitié de terrain. «Marseille sait mettre une certaine densité dans les trente derniers mètres et on n’a pas refusé le jeu, note Willy Sagnol. S’ils ont en tête du championnat, ce n’est pas un hasard. En ayant la même envie que nous avons montrée, il peut y avoir des mois radieux à venir.»