Ligue 1: Ces anciens joueurs des Girondins de Bordeaux galèrent depuis leur départ

FOOTBALL Sans club, remplaçants ou exilés, les Nguemo, Chalmé, Ben Khalfallah ou Obraniak n’existent plus vraiment depuis qu’ils ont quitté Bordeaux…

Marc Nouaux

— 

Ludovic Obraniak a inscrit le deuxième but de Bordeaux contre Montpellier (2-0) le dimanche 27 octobre 2013.
Ludovic Obraniak a inscrit le deuxième but de Bordeaux contre Montpellier (2-0) le dimanche 27 octobre 2013. — S.ortola / 20 minutes

A croire que quitter les Girondins porte malheur. En dehors de Trémoulinas, Krychowiak, Modeste, Gouffran voire Ciani, tous ceux qui sont partis de Bordeaux ces deux dernières années n’ont pas su rebondir. Entre exils forcés, statuts de remplaçant ou chômage, ils sont une dizaine à avoir œuvré sous Francis Gillot et à évoluer maintenant à un niveau inférieur ou à ne plus jouer du tout.

Nguemo, une Coupe du monde puis plus rien.

Fait-il les frais des problèmes financiers de Lens? Est-il victime de sa réputation de joueur fragile? A-t-il des prétentions salariales trop élevées? Toujours est-il que cinq mois après avoir participé à la Coupe du monde avec le Cameroun, Landry Nguemo, en attente depuis fin août de l’homologation de son contrat avec Lens, n’a toujours pas rejoué un match officiel. Une situation assez bizarre pour un joueur de 29 ans qui vient de disputer 67 matchs de Ligue 1 en trois ans.

Obraniak, comme un goût d’inachevé.

Près d’un an après avoir quitté Bordeaux où il errait comme une âme en peine tant sa motivation s’était dissipée, l’ancien Messin et Lillois n’a pas vraiment rebondi au Werder Brême. S’il a retrouvé le terrain depuis le changement d’entraîneur il y a quelques semaines, après en avoir été écarté pendant deux mois, il est toujours éloigné de la sélection. A 30 ans, ses prochains mois en Bundesliga s’annoncent décisifs pour la fin de sa carrière.

Chalmé en CFA, Savic au chômage.

Le latéral droit de 34 ans pourrait se diriger vers une fin de carrière. Il s’entraîne toujours avec la CFA de Patrick Battiston, dans l’attente d’un dernier challenge, mais il n’a disputé que 23 matchs de Ligue 1 en trois ans et demi. Des statistiques bien maigres qui pourraient effrayer d’éventuels intéressés.

Le Serbe Savic, 24 ans, qui n’a jamais pu se hisser au niveau de la Ligue 1, a résilié son contrat cet été après une blessure. Il n’a toujours pas retrouvé de club.

Olimpa, Ben Khalfallah, Hoarau, les exilés.

Olimpa est en première division grecque (FC Platania), Hoarau en Suisse aux Young Boys de Berne et Ben Khalfallah a carrément changé d’hémisphère puisqu’il évolue désormais en Australie, à Melbourne. Des destinations par défaut pour des joueurs qui n’ont pas trouvé mieux ailleurs. Mais ils ont des motifs de satisfaction, tout de même. Olimpa vit sur la magnifique île de Crête et peut enfin être titulaire après quatre années à cirer les bancs de Ligue 1. Hoarau dispute la Ligue Europa (déjà deux buts marqués) et Ben Khalfallah arrive enfin à remarquer des buts en Australie, comme le prouve la vidéo ci-dessous.

Bréchet et Bellion à l’étage inférieur.

En fin de course, le défenseur gaucher s’est souvent demandé pourquoi Gillot l’avait fait venir à Bordeaux. Au Gazelec d’Ajaccio, 6e de Ligue 2, Bréchet, 35 ans, a déjà disputé huit matchs pour un but. Faisant figure de cadre, il a retrouvé l’aura qu’il avait à Sochaux ou à Troyes et fait partie des piliers de son équipe. David Bellion, 32 ans, relève lui son dernier défi au Red Star, en National. «Je voulais vivre à Paris ou à New York, raconte-t-il. Sans exagérer, j’aurais arrêté ma carrière si ça ne ça s’était pas fait avec le Red Star. Tout le monde n’est pas heureux dans ce championnat, moi je le suis. J’ai une vie avec moins d’étoiles mais je regarde en bas et je me dis que j’ai de quoi manger.» En disputant 40 matchs de Ligue 1 depuis 2010, il ne pouvait de toute évidence pas viser beaucoup plus haut.