Girondins: Quand Sagnol dérape sur les joueurs africains

FOOTBALL Le coach des Girondins se retrouve au cœur d'une polémique suite à une interview publiée dans Sud-Ouest…

Marc Nouaux
— 
L'entraîneur des Girondins de Bordeaux Willy Sagnol, le 10 octobre 2014, au Salon de l'Auto.
L'entraîneur des Girondins de Bordeaux Willy Sagnol, le 10 octobre 2014, au Salon de l'Auto. — DR

Willy Sagnol a toujours des avis bien tranchés. Le coach girondin, interrogé sur beaucoup de sujets lundi par les internautes de Sud Ouest, a évoqué la gestion de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN), en janvier prochain, où de nombreux joueurs de son effectif sont susceptibles d’y participer (Sané, Saivet, Khazri, Diabaté, Traoré, Poko alors que Yambéré, Kaabouni et Touré ont tous les trois la possibilité d’intégrer une sélection africaine).

«Tant que je serai entraîneur des Girondins, il y aura beaucoup moins de joueurs africains qui rejoindront les rangs de Bordeaux parce que je n’ai pas envie de me retrouver avec douze joueurs, qui, une fois tous les deux ans se barrent pendant deux mois.»

«L’avantage du joueur typique africain, c’est qu’il n’est pas cher et prêt au combat»

Le coach girondin en a également profité pour dresser le portrait type du joueur africain, marchant sur un terrain glissant, lorsque l’on sait la vitesse à laquelle des interprétations peuvent être effectuées sur des sujets aussi sensibles que les origines ethniques.

«L’avantage du joueur typique africain, c’est un joueur pas cher quand on le prend, prêt au combat généralement, qu’on peut qualifier de puissant sur un terrain, a décrit Sagnol. Mais le foot ce n’est pas que ça. Le foot, c’est aussi de la technique, de l’intelligence, de la discipline. Il faut de tout. Des Nordiques aussi, c’est bien les Nordiques, ils ont une bonne mentalité. C’est un mélange, une équipe de foot, c’est comme la vie, c’est comme la France, c’est un mélange. On a des défenseurs, des attaquants, des milieux, des rapides, des grands, des petits, des techniques.»