Bordeaux: Ce qu’il faut retenir de la réunion Juppé-Platini-Valls sur l’Euro 2016

EVENEMENT Héritage, fan-zone, Quinconces, Alain Giresse, terrain synthétique à La Bastide…

Marc Nouaux

— 

(From L) French junior Sports minister Thierry Braillard, French minister for Cities, Youth and Sport Patrick Kanner, French Prime minister Manuel Valls, Bordeaux's mayor Alain Juppe, UEFA president Michel Platini, Euro 2016 President Jacques Lambert and French Football Federation (FFF) president Noel le Graet deliver a press conference after a Euro 2016 steering committee meeting in Bordeaux, southwestern France, on October 23, 2014, ahead of the UEFA Euro 2016 football tournament in France. AFP PHOTO/MEHDI FEDOUACH
(From L) French junior Sports minister Thierry Braillard, French minister for Cities, Youth and Sport Patrick Kanner, French Prime minister Manuel Valls, Bordeaux's mayor Alain Juppe, UEFA president Michel Platini, Euro 2016 President Jacques Lambert and French Football Federation (FFF) president Noel le Graet deliver a press conference after a Euro 2016 steering committee meeting in Bordeaux, southwestern France, on October 23, 2014, ahead of the UEFA Euro 2016 football tournament in France. AFP PHOTO/MEHDI FEDOUACH — AFP

Elle était attendue avec impatience. La réunion entre Alain Juppé, Maire de Bordeaux et président du club des villes sites, Manuel Valls, le premier ministre, Michel Platini, président de l’UEFA ou encore Jacques Lambert, président de l’Euro 2016, a débouché sur un accord qui permet aux dix villes organisatrices de récupérer 20 millions d’euros. Au cours d’une grande conférence de presse donnée à l’hôtel de ville, différentes annonces ont été faites.

L’héritage profitera d’abord au club de La Bastide. Chaque municipalité devrait toucher aux alentours de 2 millions d’euros. «On n’a pas droit à une rétrocession de recettes, c’est une dotation faite par l’UEFA à l’ensemble des villes en deux tranches, a expliqué Alain Juppé. Une mobilisable tout de suite et une deuxième tranche qui viendra après l’événement en fonction des efforts faits par les villes. Les dix villes sont satisfaites de cette proposition et l’ont approuvée à l’unanimité.» Le Maire de Bordeaux a indiqué que le club de La Bastide profiterait en premier de cette dotation puisqu’elle va permettre de créer un terrain de football synthétique. «Nous sommes satisfaits, les soi-disant malentendus ont été réglés, a souhaité conclure Michel Platini.

Alain Giresse, président d’un comité de pilotage pour l’organisation de l’Euro à Bordeaux. Grand ami et ancien coéquipier en équipe de France de Michel Platini, Alain Giresse était également présent à l’hôtel de ville ce jeudi matin. L’ancienne gloire des Girondins aura la présidence d’un comité de pilotage pour l’organisation de la compétition à Bordeaux. Il devra réfléchir à l’animation de l’événement dans la région bordelaise. «C’est quelque chose de très local, explique-t-il. Ce comité va se mettre en place en complément de la grosse organisation de l’UEFA. A Bordeaux, ce n’est pas une passion exacerbée que l’on peut retrouver dans certaines régions de France mais c’est une vraie passion, à la façon bordelaise.»

La fan-zone sera aux Quinconces. La fan-zone, qu’est ce que c’est? Un écran géant et un espace pour accueillir les fans de foot qui ont envie de regarder les matchs en grosse communauté. «Elles sont arrivées en 1998 par une volonté des gens de se retrouver ensemble devant un grand écran, rappelle Michel Platini. On a dû mettre des règles et c’est devenu assez compliqué et aujourd’hui, on se trouve devant une problématique: Faut-il faire des fouilles et mettre des barricades à l’entrée?» Si rien n’a encore été défini puisque Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, a effectué un rapport et travaille encore sur la manière de les organiser (gestion de la foule, palpations à l’entrée, présence ou non de barrières…), à Bordeaux, sans surprise, on sait déjà qu’elle se situera sur la place des Quinconces.