Girondins: «Hervé Renard a peut-être mal interprété ce que j’ai dit», estime Touré

FOOTBALL Le jeune attaquant des Girondins a refusé de jouer pour la sélection de la Côte d’Ivoire…

Marc Nouaux

— 

Thomas Touré, auteur du second but des Girondins contre Rennes, le dimanche 28 septembre 2014.
Thomas Touré, auteur du second but des Girondins contre Rennes, le dimanche 28 septembre 2014. — THOMAS MORITZ / AFP

C’est ce qui s’appelle une ascension express. Pas titulaire indiscutable l’an passé en CFA, Thomas Touré, 21 ans déjà, a souvent défrayé la chronique ces dernières semaines. Défait involontairement de son short à Saint-Etienne sur une action de jeu, il s’était retrouvé avec les parties intimes à l’air libre en plein match, trois jours avant d’offrir la victoire aux Girondins grâce à un but magnifique en fin de rencontre contre Rennes.

Et comme si cela ne suffisait pas, le jeune attaquant girondin a fait parler de lui en Côte d’Ivoire, pays de son père, où il a été sélectionné par Hervé Renard pour des matchs de qualification pour la CAN. Sauf que le garçon a décliné l’invitation, estimant qu’il n’était pas encore prêt car il débute à peine sa carrière.

«Si je ne me sens pas prêt, pourquoi j’irais?»

«Je ne veux pas que les choses arrivent trop vite, justifie-t-il encore. Je peux entendre que beaucoup ne comprennent pas ma décision. Ca peut se retourner contre moi mais si je ne me sens pas prêt, pourquoi j’irais?»

La polémique n’a pourtant pas dégonflé chez les Ivoiriens puisque Renard, mardi, a décidé d’en remettre une couche. «Touré m’avait dit "oui", a ainsi expliqué le sélectionneur de la Côte d’Ivoire. Je pense que c’est Willy Sagnol qui lui a dit de dire non. Quand on envoie des papiers pour obtenir un passeport, c’est que l’on est d’accord. Son entraîneur avait peur de le voir partir à la CAN. Et comme le joueur a vingt ans, ce n’est pas évident pour lui.»

«Le coach ne m’a pas mis la pression»

Interrogé à réagir aux propos de Renard, Touré a maintenu le cap. «Je n’en dis pas grand-chose, répond-il. Peut-être qu’il a mal interprété ce que j’ai dit. On peut dire que le coach m’a mis la pression, moi je sais que ce n’est pas vrai. Je ne suis pas prêt pour la sélection. La question de la bi-nationalité? Je me la suis posé quand j’étais petit. On ne va pas se mentir, je préférerais jouer avec les Bleus. Mais j’aimerais aussi jouer pour la Côte d’Ivoire car mon père serait fier de moi, j’y suis allé une fois dans ma vie en vacances (en 2010). Mais je sais que mon père serait aussi fier de moi si je représentais la France.»

Au cœur de la polémique en Côte d’Ivoire, Touré ne veut plus se prendre la tête avec cette histoire. Il essaie surtout de bien digérer tous les événements qui lui tombent dessus les uns après les autres. «Ca m’a changé par rapport aux semaines précédentes. Quand on vit des moments comme ça, on peut vite s’enflammer mais il ne faut pas trop y penser et vite se remettre au travail.»