20 Minutes : Actualités et infos en direct
RUGBYBordeaux: «Le plus dur c’est de confirmer, j’en suis le parfait exemple», concède Darly Domvo

Bordeaux: «Le plus dur c’est de confirmer, j’en suis le parfait exemple», concède Darly Domvo

RUGBYL’arrière de l’UBB, blessé pendant un mois et demi, va faire son retour en Challenge européen face à Edimbourg, vendredi…
Darly Domvo, arrière de l'UBB, face à Biarritz, en mai 2014.
Darly Domvo, arrière de l'UBB, face à Biarritz, en mai 2014. - Nicolas Tucat / AFP
Marc Nouaux

Marc Nouaux

Vendredi, c’est challenge européen pour l’UBB. A Moga, contre les Ecossais d’Edimbourg, l’Union, troisième du Top 14, va débuter sa campagne européenne. Cela permettra de faire souffler les cadres et de relancer ceux en manque de temps de jeu tout en intégrant quelques jeunes. Un clin d’œil pour Darly Domvo, l’arrière de 22 ans, qui va effectuer son retour après un mois et demi d’absence, lui qui avait eu droit à sa première titularisation en pro dans cette même Coupe d’Europe, face à Bayonne, il y a trois ans.

Pour lui, c’est presque un nouveau départ. L’arrière de l’UBB, ancien international des moins de 21 ans, avait été propulsé titulaire en XV l’an passé après la grave blessure au genou de Reihana. Installé comme numéro un en début de saison, il n’a pas réussi ses premiers matchs avant de se blesser (trait de fracture au tibia). Pendant ce temps, Romain Lonca, 23 ans, s’est imposé à son poste.

La blessure de Guitoune va le faire entrer dans la rotation avec les ailiers et les arrières

«On m’avait toujours dit que le plus dur n’était pas de faire une bonne saison mais plutôt de la confirmer et pour l’instant, j’en suis le parfait exemple, reconnaît Domvo. Je n’ai pas encore lancé ma saison. Il y a peut-être la blessure mais les deux premiers matchs j’étais un petit peu en dedans, je n’étais pas très bien, donc je vais essayer de lancer ma saison à partir de vendredi.»

La blessure pour deux mois au minimum de Guitoune, au moment de son retour, pourrait lui servir de tremplin. Il va devoir prouver qu’il peut remplacer l’international français dans les rotations en tant qu’ailier et arrière. C’est maintenant à lui de retrouver les qualités qui en avaient fait un des espoirs du rugby français à son poste.

«Darly est un surdoué»

«Je pense que j’ai voulu un peu assurer, analyse-t-il. Je ne me suis pas lâché comme je l’ai fait la saison passée. Avant, j’entendais souvent ‘’Darly, le jeune, s’il fait des erreurs, ce n’est pas grave’’. Là, j’ai commencé la saison en tant que ‘’numéro un’’ et c’est cela qui m’a peut-être bloqué un peu. J’ai voulu limiter la prise de risque alors que c’était la base de mon jeu. Il faut qu’à l’entraînement je tente des choses un peu folles qui me permettraient d’avoir plus confiance en moi pour les matchs.»

«Darly est un surdoué, répète souvent son entraîneur, Vincent Etcheto. Il est au même niveau qu’Hugo Bonneval (arrière international du Stade Français), par exemple, mais avec le vécu en moins.» A Domvo de saisir son opportunité lors de cette campagne européenne. S’il se relance lors de ces matchs, cela aurait un air de déjà vu.

Sujets liés