La prison se montre sous son meilleur jour

SOCIETE Un recueil de témoignage sur l'univers carcéral a été présenté hier à Bordeaux.

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

« On ne peut pas faire de journée portes ouvertes en prison, c'est donc un peu le rôle de ce livre », explique Rémi Cassemiche, directeur du service pénitentiaire d'insertion et de probation de la Vienne. La Prison vue de l'intérieur, recueil* de témoignages de personnes qui interviennent dans des pénitenciers, a en effet été présenté hier en Gironde . A l'origine de l'ouvrage, le besoin du ministère de la Justice de valoriser le monde carcéral. Pour ceux qui passent les portes d'une prison pour aller bosser, c'est aussi un moyen d'en finir avec les idées reçues : « La prison, ce n'est pas que les suicides et les évasions... », souligne Yves Trigoulet de la direction régionale des services pénitentiaires. Religion, santé, relations familiales font aussi partie du quotidien carcéral.Mais à demi-mot, elle reconnaît que le regard sur la prison doit changer. D'autant plus qu'une campagne de recrutement est prévue dans quelques années. « C'est difficile car le métier a une mauvaise image, c'est pourtant une des administrations qui recrute le plus de diplômés. La première motivation des élèves de l'Ecole nationale d'administration pénitentiaire est de trouver du travail. Mais finalement, le taux de démission après le premier stage est faible. » « On ne rentre pas dans une prison par vocation, confirme un professionnel, mais on peut y rester par vocation. » C'est le cas de Daniel Jaladon, contractuel dans la section du travail et de l'emploi de la prison de Gradignan. Il a débuté comme instituteur et s'est rapproché progressivement de l'univers carcéral pour s'occuper du travail des détenus. Aujourd'hui, il leur permet de travailler, d'être rémunérés et donc de mieux vivre leur incarcération.

Orianne Dupont

*La Prison vue de l’intérieur. Regards et paroles de ceux qui travaillent derrière les murs (éditions Albin Michel).

« Voir quelqu'unarriver en détention illettré et, au furet à mesure de son apprentissage, le voir gagné par l'envie d'apprendre et constater que son regard change, nonseulement sur les autres, mais aussi et surtout sur lui-même...Là sont mes vraies satisfactions »,note un enseignant qui exerce depuis dix ans à la maison d'arrêt de Reims.