Bordeaux: On a rencontré l'équipage de «l'Hermione»

EVENEMENT La frégate compte 78 personnes à bord dont 15 marins professionnels.Rencontre.

Elsa Provenzano

— 

L'équipage de l'Hermione en action sur le pont.
L'équipage de l'Hermione en action sur le pont. — E.Provenzano / 20 Minutes

Tricorne vissé sur la tête et bouclettes au vent, Adam Hodges-Leclerc, 21 ans, est un des membres de l'équipage de l'Hermione, qui a accosté au port de la lune mardi soir et qui reste amarrée jusqu'à lundi. Cet américain, originaire de Boston, est étudiant en histoire et fait tout pour vivre la traversée vers l'Amérique en immersion.

 

Adam Hodges-Leclerc, un des marins de l'Hermione. - E.Provenzano / 20 Minutes

 Vêtu comme un marin du 18e siècle

Il est le seul de l'équipage à porter une tenue de marin du 18e siècle, qu'il a réalisé lui-même à partir de gravures d'époque. Son pantalon a été réalisé avec une chute d'une des voiles du navire et il n'a négligé aucun détail «Je porte une croix, car à l'époque beaucoup de marins étaient catholiques», explique-t-il. En tant qu'américain, Adam Hodges-Leclerc est aussi très fier de participer à la traversée: «Cette bataille pour notre indépendance est une fierté pour notre région». Il estime que son rôle est aussi de donner cette perspective historique à l'équipage.

>> Pour découvrir notre diaporama sur l'Hermione, cliquez ici

Comme beaucoup de marins à bord, il n'avait jamais navigué auparavant. «On a eu du mauvais temps sur le trajet et le pont tanguait énormément, on a même dû enchaîner des canons avec des sangles», raconte-t-il. Il tient scrupuleusement un journal de bord sur son aventure et pense déjà à un costume de soldat de la marine royale, qui lui donnerait meilleure allure.

«Après huit ans passés sur le Bélém, c'était la suite logique»

Dominic Groisard, 31 ans,fait partie des marins professionels embarqués sur l'Hermione et il a participé à la formation de nombreux volontaires comme le jeune américain.«Après huit ans passés sur le Bélém, c'était la suite logique, au sens où on cherche toujours à aller sur un meilleur bateau», explique-t-il. Les volontaires ont été recrutés sur leurs motivations et 150 d'entre eux sur 800 candidatures reçues ont été formés à Rochefort, en vue de participer aux manœuvres sur le grand voilier. «C'est un navire très exigeant et on a déjà vu de petits accidents à bord. L'Hermione a encore beaucoup à nous apprendre», estime-t-il.

Le commandant de l'Hermione Yan Cariou. - E.Provenzano / 20 Minutes

 «Des volontaires très investis»

Le commandant de la frégate, Yan Cariou, se dit très satisfait du bateau et des performances de l'équipage. «Parmi les volontaires, il faut savoir que certains ont pris des congés sabbatiques et d'autres ont reporté des études pour participer au projet. Ils se sont beaucoup investis et le niveau de l'équipage correspond à un niveau professionnel», souligne-t-il. Il rappelle que depuis le 1er janvier les équipes ont effectué 30.000 heures de maintenance sur le navire.

Après Bordeaux, l'Hermione repartira en mer pour faire tourner les équipages, puis regagnera Rochefort mi-novembre pour maintenance et divers réglages. Le navire partira mi-avril 2015 pour sa traversée de l'Atlantique.