Ligue 1: Les Girondins peuvent-ils durer sur le podium de la Ligue 1?

FOOTBALL Deuxième de Ligue 1, Bordeaux paraît pourtant bien fragile sur le terrain…

Marc Nouaux

— 

Les Girondins célèbrent le but de la victoire contre Rennes, le dimanche 28 septembre 2014.
Les Girondins célèbrent le but de la victoire contre Rennes, le dimanche 28 septembre 2014. — THIBAUD MORITZ / AFP

Deuxièmes de Ligue 1 à la fin du mois de septembre. Si on avait dit à Willy Sagnol le 30 juin, date de la reprise, que ses Girondins seraient à cette place trois mois plus tard, il aurait sans doute signé des deux mains. Alors que l’on approche du quart de la saison, la question est maintenant de savoir si cette équipe peut tenir sur la durée en haut du championnat?

«Sur ce que l’on a vu les derniers matchs, je ne pense pas, estime Michel Le Blayo, ancien joueur du club aujourd’hui consultant pour la radio ARL lors des matchs des Girondins. Ils sont dominés dans le jeu. Je pense que Willy Sagnol ne doit pas se contenter de ça. Le début de la saison a donné quelques encouragements car il y avait des choses intéressantes par périodes. Depuis Guingamp, c’est plus compliqué en termes d’animation offensive ou de construction.»

«Il ne faut pas croire que ça passera à chaque fois»

Un constat que les joueurs, pas dupes de ce qu’ils produisent, partagent. «On est très loin d’être au top, reconnaît d’ailleurs le gardien, Cédric Carrasso. Il ne faut pas croire que ca passera à chaque fois.» Malgré tout, Bordeaux fait le plein au niveau comptable et dégage une force mentale nouvelle. Et avec cette confiance en eux, ils savent qu’ils peuvent être dangereux à tout moment. Lors des huit premières journées, ils ont marqué au moins une fois par match, se classant ainsi seconde attaque de Ligue 1 derrière l’OM.

Un état d’esprit qui est sans doute porté par la jeunesse girondine insouciante, à l’image des Touré, Kaabouni ou Rolan qui entreprennent et réussissent de belles choses. «Le point positif, c’est que quand il y a des jeunes, ils ne dépareillent pas, apprécie Le Blayo. Ils apportent de la fraîcheur. Mais ce n’est pas encore assez consistant. Il y a de la réussite aujourd’hui mais ils ne l’auront pas pendant trente-huit matchs.»

«Le potentiel pour rivaliser sur la durée»

Il faut maintenant attendre les tests contre les grosses cylindrées de la Ligue 1. A Saint-Etienne, Bordeaux a obtenu un point mais en se faisant dominer dans le jeu. Cet automne, ils devront se déplacer à Paris et à Marseille et recevoir encore Lille. «Je pense qu’à part Paris voire Marseille qui est sur un nuage en ce moment, ils peuvent rivaliser avec les autres, juge Le Blayo. Sur la durée, en récupérant deux trois gars comme Sertic ou Sané, ça peut le faire. Ils en ont en tout cas le potentiel.»

«Si vous enlevez Cavani, Ibrahimovic, Lucas, Motta et Thiago Silva du PSG, vous verrez qu’ils seront moins performants.» Sagnol le répète souvent ces dernières semaines. Sans ses meilleurs joueurs, il ne peut faire que du bricolage et a du mal à construire à long terme. Mais avec eux, Bordeaux deviendrait un candidat crédible pour la course à l’Europe. A condition de garder le même état d’esprit. «On n’a pas les moyens de se relâcher», rappelle Sagnol. Aux joueurs d’en prendre conscience.