Bordeaux: «Avec les magasins généraux, nous avons un écosystème qui tient sur ses deux pieds»

URBANISME Le groupe Evolution, qui avait déjà créé Darwin, vient de remporter l’appel d’offres pour l’aménagement des Magasins généraux, situés eux aussi dans l’ancienne caserne Niel, sur la rive droite de Bordeaux…

Mickaël Bosredon
— 
Image de synthèse du projet d'aménagement pour les magasins généraux par Evolution
Image de synthèse du projet d'aménagement pour les magasins généraux par Evolution — EVOLUTION

C’est «l’originalité du projet» et «la qualité de l’offre culturelle» qui a permis, dixit Alain Juppé dans un communiqué de la Communauté urbaine de Bordeaux, au groupe Evolution de remporter l’appel d’offres pour l’aménagement des magasins généraux sud de la caserne Niel à Bordeaux (rive droite). Evolution avait pourtant un sacré concurrent, avec la société Adim Sud-Ouest (filiale de Vinci). Mais il a semblé plus cohérent de confier cet aménagement à un groupe qui avait déjà porté le projet Darwin, situé juste en face.

«C’est un énorme soulagement pour nous, a indiqué à 20Minutes Sylvain Barfety, directeur du développement économique d’Evolution. Nous travaillons sur ce projet depuis sept ans, et dès la genèse de Darwin, nous comptions sur ce deuxième bâtiment: Darwin, c’est essentiellement de la matière grise, et nous avions besoin du bâtiment des Magasins généraux en complément, car il offrira de la production de matière, à savoir des zones où travailler le bois, le métal (500 m2 seront dédiés à l’artisanat) une imprimante 3D, un plateau pour de la photo… Maintenant, nous avons un écosystème qui tient sur ses deux pieds.» Les Magasins Généraux accueilleront aussi la Fabrique artistique et culturelle Pola.

Des logements «30 à 40% moins chers» que le prix du marché

Le projet d’Adim Sud-Ouest «était sensiblement différent» soulève Sylvain Barfety. «Vinci présentait un plan sur 17.000 m2 avec pas mal de logements haut de gamme, quand le nôtre en fait 10.000 et comprend une auberge de jeunesse (qui s’appellera La Sentinelle). C’est donc très différent dans l’esprit.»

Le volet immobilier du projet d’Evolution prévoit 4.000m2 de logements dont 2.300 m2 de logements sociaux. «Pour la partie logements libres, pas mal de SCI familiales, ou de personnes physiques, se sont montrées intéressées en vue d'investir. Nous prévoyons de proposer des logements de 30 à 40% moins cher que le prix du marché à Bordeaux» assure Sylvain Barfety. «Nous allons travailler sur des habitations destinées à la colocation, et aux familles monoparentales, avec des appartements partageant une chambre d’amis pour accueillir les enfants à tour de rôle. Il y aura aussi des équipements mutualisés, comme une cuisine collective pour les usagers, qui sera également un lieu d’insertion professionnelle, une laverie et un café-bibliothèque.»

Les architectes de l’agence bordelaise Nadau, Lavergne et Chloé Bodart de l’agence Construire (qui a fait le Lieu Unique à Nantes), sont en charge de cette partie. «Le leitmotiv de Construire c’est: «offrir plus de confort aux gens qu’aux choses.»

Livraison prévue pour la mi-2017

Au niveau du montage juridique, Evolution fera aussi dans l’originalité. «La CUB nous impose d’avoir une structure immobilière, que nous allons créer ex-nihilo. Les associés de cette structure sont les futurs exploitants, à savoir Aquitanis qui développera des logements sociaux, les artisans, la personne qui porte le projet de l’auberge de jeunesse, ainsi que des banques qui sont intéressées pour entrer dans la partie. On offre à tous les futurs exploitants la possibilité d’entrer dans le capital, pour davantage de transparence financière, et pour montrer que nous ne sommes pas dans une perspective de maximisation des marges.»

«C’est un travail collectif qui est mené sur ce projet», insiste Sylvain Barfety. «Mais le groupe Evolution, une holding de 80 salariés, sera le mandataire pour qu’il n’y ait qu’un seul interlocuteur auprès de la CUB, ce qui est un souhait d’Alain Juppé. La CUB s’inquiète en effet de cette multitude d’acteurs.»

L’investissement sera d’une vingtaine de millions d’euros, dont trois millions d’euros pour l’acquisition du foncier. La livraison est prévue pour la mi-2017.