Bordeaux: De la géothermie pour chauffer les nouveaux quartiers de la rive droite

ENERGIE Le conseil de la communauté urbaine de Bordeaux a voté ce vendredi la création d’un réseau géothermique pour alimenter plusieurs secteurs de la rive droite, et fera appel à une délégation de service public…

Mickaël Bosredon

— 

Le projet d'échoppes du XXIème siècle, dan sle futur quartier Brazza, à Bordeaux
Le projet d'échoppes du XXIème siècle, dan sle futur quartier Brazza, à Bordeaux — Y.TOHME ARCHITECTS&ASSOCIES

Le conseil de la communauté urbaine de Bordeaux a voté ce vendredi la création d'un réseau de chaleur alimenté par de la géothermie, à l'échelle de la plaine rive droite. Ce dernier devrait notamment desservir les secteurs Bastide-Niel, Brazza et Benauge à Bordeaux, avec une possible extension vers le secteur Garonne Eiffel.

La ZAC Bastide-Niel, située entre l'avenue Thiers et le quai de Queyries, se compose de deux friches ferroviaires et de l'ancienne caserne Niel. Elle accueillera d'ici à 2016 environ 3.000 logements, ainsi que des bureaux qui viendront rejoindre ceux de Darwin, livrés en 2012. Les archives municipales y prendront prochainement place également.

Situé à proximité, en bordure de fleuve, le projet Brazza prévoit sur un premier ilôt de 55.000 m2 des bureaux, des équipements sportifs dont un projet de vagues de surf indoor, et 400 logements. A plus long terme, quelque 8.000 habitants sont prévus dans ce quartier.

Enfin, Garonne-Eiffel, situé sur le périmètre de l'Opération d'intérêt national Eurtalantique, à cheval sur les communes de Bordeaux et Floirac, doit accueillir 5.000 logements sur un territoire de 154 hectares.

Une facture énergétique évaluée à 255€ TTC par an et par logement

A la base, ce réseau de 16 km sera alimenté par des forages géothermiques et une chaufferie gaz d'appoint. En cas d'extension vers la ZAC Garonne Eiffel, il atteindrait près de 27 km et imposerait de nouveaux forages ou la création d'une chaufferie biomasse.

A l'échelle des secteurs Bastide Niel, Brazza et Benauge, les ventes de chaleur sont estimées à 65.000 MWh par an. Pour les usagers concernés, le coût de cette solution ne devrait pas dépasser 97€ TTC/MWh, soit une facture énergétique annuelle évaluée à 255€ TTC (pour un logement type RT 2012, c'est-à-dire un bâtiment basse consommation).

Délégation de service public

Quant à l'investissement, globalement estimé à 28,3 millions d'euros HT en scénario de base, il serait porté à 51,6 millions d'euros HT dans le cas d'une extension au secteur Garonne Eiffel.

Dans cette même délibération, les élus ont acté  la mise en place d'une délégation de service public d'une durée de 30 ans pour exploiter ce réseau de chaleur. La procédure sera lancée très prochainement.