Un potager par procuration

AGRICULTURE Depuis 2004, dix-huit associations pour le maintien de l'agriculture paysanne (Amap) ont vu le jour dans le département

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Le panier hebdomadaire a le vent en poupe en Gironde. Depuis 2004, dix-huit associations pour le maintien de l'agriculture paysanne (Amap) ont vu le jour dans le département, dont la moitié dans l'agglomération bordelaise. Au Garage moderne le mardi, ou encore à l'Utopia le mercredi, producteurs et consommateurs sont mis en rapport direct, sans intermédiaire.Ce système de distribution était présenté hier, à Artigues, dans le cadre de l'assemblée générale de la confédération paysanne de Gironde. « Les Amap reposent sur une démarche collective de préservation de l'alimentation et de l'environnement », soutient Michel, producteur laitier et membre de l'Amap de Saint-André-de-Cubzac. Il rappelle les trois piliers du dispositif : « un contrat sur la durée, une proximité entre le producteur et le consommateur et une agriculture durable diversifiée », de préférence bio. Les Amap vont ainsi à contre-courant de l'agriculture standardisée et à grande échelle. « Les petits producteurs ont tendance à disparaître. Ce système permet de les soutenir », note Michel. Amandine, jeune maraîchère de 26 ans, se félicite d'avoir tenté l'expérience : « Pour un jeune qui démarre, c'est presque la seule solution. Et le contact avec le consommateur aide à progresser. » Installée à Vérac, elle distribue treize cagettes par semaine aux familles de Saint-André. « C'est un commerce équitable local », résume-t-elle.

Marion Guillot

www.amap-aquitaine.org