A Bordeaux, le salon de la maison neuve pour «relancer la machine»

CONSTRUCTION Alors que le marché s’est effondré ces trois dernières années, le secteur de la maison neuve veut croire à un redémarrage de l’activité ces prochains mois…

Mickaël Bosredon

— 

Une maison en construction en Bretagne
Une maison en construction en Bretagne — Damien Meyer AFP

L’union des maisons françaises (UMF) organise ce week-end le salon de la maison neuve en Aquitaine, au parc des expositions de Bordeaux. «C’est sans doute le plus gros salon qu’il m’a été donné d’organiser depuis dix ans» annonce Didier-Paul Armand, président de l’UMF-Aquitaine. L’événement arrive dans un contexte de crise pour la construction en France, «et il fallait frapper fort pour relancer la machine» poursuit Didier-Paul Armand.

«Situation anxyogène»

«De 180.000 maisons construites par an en 2010, nous sommes tombés à 120.000 à ce jour. C’est monstrueux. En Aquitaine, nous sommes passés de 17.000 à 13.000 en deux ans.» En cause? La réforme du PTZ+ (Prêt à taux zero). «Il en a été distribué seulement 44.000 l’an passé, alors que l’objectif du gouvernement était de 80.000.» Et cela a «bloqué le marché pour les primo-accédants.» Le nombre d’investisseurs est lui passé de 8% à 3%, «en raison de la réforme des incitations fiscales.»

«Les mesures prises par l’ancienne ministre du Logement Cécile Duflot ont créé une situation anxiogène pour ceux qui souhaitaient devenir propriétaires.» Enfin, la mise en place de la RT2012 (Réglementation thermique) a engendré un surcoût de la construction de l’ordre de 8%. «Les améliorations environnementales c’est très bien, assure Didier-Paul Armand, mais il est temps de s’arrêter. Si on continue à vouloir sur-isoler les maisons, les coûts vont encore prendre de 5 à 10%, qu’il deviendra difficile d’amortir avec les économies d’énergie, théoriques, qu’ils sont supposés engendrer.»

«Un nouvel état d’esprit plus pragmatique»

Le patron de l’UMF régional se veut toutefois optimiste, et a noté un «discours et un état d’esprit nettement plus pragmatique de la part du gouvernement» en cette rentrée. Il attend ainsi, au 1er octobre, des réformes du PTZ et des simplifications administratives qui devraient accélérer la délivrance des permis de construire. «Nous sommes sur des délais entre quatre et six mois aujourd’hui, il faut que nous arrivions à les ramener à deux mois.»

Il souhaite surtout que la maison individuelle puisse «enfin avoir toute sa place dans les programmes de densification de l’habitat: on nous parle sans cesse de verticalité, mais la maison représente 55% du logement neuf en France. Elle a le droit de cité partout, y compris en zone urbaine.» Particulièrement sur le périmètre de la communauté urbaine de Bordeaux, assure Didier-Paul Armand, «qui a le privilège de bénéficier d’un territoire plat, ce qui pose moins de difficulté technique lors de la construction, et ce qui libère donc du budget pour construire plus grand et plus confortable.»

Salon de la maison neuve, samedi 13 et dimanche 14 septembre au Parc des expositions de Bordeaux-Lac, de 10h à 19h. Entrée gratuite. www.salondelamaisonneuve.com