Les TER nouvelle génération de Bombardier arrivent dans les régions

TRANSPORT La livraison des Regio 2N du constructeur Bombardier vient de commencer dans six régions françaises, dont l’Aquitaine qui présentera ce nouveau train lundi 15 septembre…

Mickaël Bosredon

— 

Une rame Regio 2N du constructeur Bombardier
Une rame Regio 2N du constructeur Bombardier — BOMBARDIER

Les premiers trains Regio 2N, à destination des régions françaises, viennent de sortir de l’usine du constructeur canadien Bombardier, située à Crespin, dans le Nord. «Les livraisons ont commencé depuis cet été pour les régions Paca, Bretagne, Centre, Rhône-Alpes, Aquitaine et Nord-Pas-de-Calais» a indiqué Bombardier à 20 Minutes ce mardi.

Les régions vont d’abord réaliser des «marches à blanc» sur leurs réseaux respectifs, avant la mise en service commerciale de ces trains, qui n’interviendra pas avant la fin de l’année, voire début 2015. «Les rames ont été certifiées mais attendent encore l’autorisation de mise en service commerciale, qui doit être délivrée courant septembre par l’établissement de sécurité ferroviaire, explique-t-on chez Bombardier. Par ailleurs, un programme de formation des conducteurs sur ces trains est en cours à la SNCF.»

Trains modulables

La région Aquitaine, qui a reçu sa première rame il y a quelques jours, la présentera officiellement lundi 15 septembre, pour une marche d’essai entre Bordeaux Saint-Jean et Arcachon. L’Aquitaine a commandé vingt-quatre rames Regio 2N, pour un montant de 235 millions d’euros. Elles viennent en complément des vingt-deux rames Régiolis, construites par Alstom, et acquises pour 155 millions d’euros. La livraison des Régiolis a, elle, déjà commencé depuis le début de l’année, et leur mise en service commerciale sur le réseau ferroviaire aquitain a commencé le 22 avril. L’objectif du conseil régional est de renouveler le parc des TER.

La particularité des Regio 2N est qu’il s’agit de trains modulables. «C’est une plateforme de trains, qui a été dessinée avec les régions et la SNCF. Mais à partir de cette base commune, chaque région a mis en place des options, en fonction de l’usage qu’elle souhaite en faire», souligne-t-on chez Bombardier.

Des rames à deux étages

Ainsi, la région Aquitaine a fait le choix de rames à deux étages, avec deux sièges de chaque côté du couloir, et d’une capacité de 330 places assises. «Son souhait est de disposer de trains très confortables, avec beaucoup d’espace au niveau des genoux. Il y aura aussi des espaces aménagés pour les personnes à mobilité réduite dans les deux véhicules d’extrémité.»

La région Nord-Pas-de-Calais, qui présentera son Regio 2N la semaine du 22 septembre, a fait elle le choix d’un train avec davantage de capacité. «Il y aura cinq sièges de front de chaque côté du couloir. Chaque région s’adapte en fonction de la densité de son trafic, du nombre de passagers, et des distances parcourues. Il y aura ainsi du matériel adapté à une circulation régionale, urbaine ou périurbaine.» Et si la vitesse commerciale de ces autotrains entièrement électriques sera généralement de 160 km/h, la région Pays-de-la-Loire a demandé de son côté un train pouvant rouler à 200 km/h. Et la Picardie a privilégié une version «extra-longue» pour assurer les liaisons entre Amiens et la capitale. La largeur des Regio 2N sera de près de 3 mètres, soit vingt centimètres de plus que l’ancienne génération.

En tout, 159 trains ont été commandés par neuf régions. Leur livraison s’échelonnera jusqu’en 2017.