Juppé: «Oublier de déclarer ses impôts quand on est député, c’est invraisemblable»

POLITIQUE Le maire de Bordeaux organisait ce lundi une conférence de rentrée…

Mickaël Bosredon

— 

Ils ont le même objectif, 2017, mais empruntent des chemins différents, Nicolas Sarkozy veut passer par la présidence de l'UMP, Alain Juppé mise sur la primaire: Photo d'archives des deux hommes le 15 novembre 2011 à Bordeaux
Ils ont le même objectif, 2017, mais empruntent des chemins différents, Nicolas Sarkozy veut passer par la présidence de l'UMP, Alain Juppé mise sur la primaire: Photo d'archives des deux hommes le 15 novembre 2011 à Bordeaux — Regis Duvignau AFP

Lors d’un point presse ce lundi midi consacré à la réforme des rythmes scolaires, le maire de Bordeaux Alain Juppé est revenu sur quelques dossiers «chauds» de cette rentrée…

Alain Juppé a longuement détaillé la mise en place de la réforme des rythmes scolaires dans sa ville, et assuré qu’elle se passait «plutôt bien.»

Interrogé sur des dossiers nationaux, et notamment sur la démission du secrétaire d’Etat au commerce extérieur Thomas Thévenoud, qui a oublié de déclarer ses impôts, le maire de Bordeaux et candidat à la primaire UMP pour la présidentielle de 2017, a estimé cette situation «invraisemblable.» «Je n’ai de leçon à donner à personne, mais quand on est député et membre d’une commission qui lutte contre la fraude fiscale, oublier de déclarer ses impôts, c’est invraisemblable. Quant à son retour à l’Assemblée, quand on a un commis une faute, au minimum on se représente devant les électeurs.» Quant à la question de savoir si cela pouvait affecter le pouvoir en place, Alain Juppé a répondu dans un sourire : «On ne tire pas sur une ambulance, même si là, ce n'est plus une ambulance, c'est le Titanic au fond de l'eau.»

Rencontre avec Sarkozy

Concernant la rentrée littéraire, Alain Juppé a été interrogé sur le livre de Valérie Trierweiler. Le Journal du Dimanche assurait dans son édition du 7 septembre que le maire de Bordeaux aurait fait ouvrir la librairie principale de la ville, Mollat, plus tôt pour se procurer l’ouvrage. «J’ai lu dans un journal que j’aurais fait ouvrir plus tôt la librairie Mollat pour acheter le livre de Valérie Trierweiler… Je salue l’imagination de celui qui a écrit cela! Si je voulais lire ce livre, je n’étais pas obligé de faire ouvrir la librairie, et deuxièmement j’ai dit que je ne le lirai pas et je ne le lirai pas.»

Le candidat à la primaire UMP a également révélé avoir rencontré Nicolas Sarkozy «il y a quelques jours.» «Cela s’est bien passé, nous gardons des relations courtoises, et même amicales. La compétition, cela fait du bien.»

«Marine Le Pen aux portes du pouvoir? Ne fantasmons pas non plus…»

Sur la question de la montée du Front national, l’ancien Premier ministre reconnaît que «la percée est là, c’est un fait, et il faut la combattre.»

«Je suis farouchement opposé à l’idée que le Front national se fait de la France, a redit Alain Juppé. C’est un retour en arrière catastrophique. Le programme du Front national c’est quoi? C’est la sortie de l’euro, le protectionnisme, alors qu’il faut développer les exportations, la xénophobie, la peur de l’étranger, l’immigration zero… Même Charles Pasqua quand il était ministre de l’Intérieur disait que l’immigration zero ça n’existe pas, donc ce n’est pas possible et ce n’est pas souhaitable. Et enfin c’est cette peur de la mondialisation, une France barricadée sur elle-même. Nous assistons aujourd’hui à une grande supercherie car la poussée du Front national s’explique par l’effondrement spectaculaire du pouvoir - je n’ai jamais vu cela, jamais - et par les insuffisances de l’opposition, aussi. De là à dire que Mme le Pen est aux portes du pouvoir, ne fantasmons pas non plus. Les sondages donnent quelques indications de tendance et au deuxième tour, à supposer qu’elle y soit, tous les candidats de la droite et du centre l’écrasent.»