Encadrement des loyers : Juppé attend les résultats de l'observatoire des loyers sur l'agglomération

LOGEMENT A la communauté urbaine, la gauche demande que Bordeaux expérimente l'encadrement des loyers. Juppé répond qu'il attend les résultats de l'observatoire des loyers...

Elsa Provenzano

— 

Bordeaux, 13 septembre 2012. Illustration immobilier a Bordeaux. - Photo : Sebastien Ortola
Bordeaux, 13 septembre 2012. Illustration immobilier a Bordeaux. - Photo : Sebastien Ortola — S. ORTOLA / 20 MINUTES

Le premier ministre Manuel Valls a proposé que l’encadrement du prix des loyers soit expérimenté par plusieurs agglomérations volontaires. Le groupe socialiste de la communauté urbaine de Bordeaux (CUB) se prononce en faveur d’une candidature bordelaise mais rappelle la nécessité de la mise en place préalable d’un observatoire des loyers «afin d’étudier les effets de cette mesure dans la durée», précise t-il dans un communiqué. Rappelant ce préalable, Alain Juppé, président de la CUB «souhaite attendre la mise en place de cet observatoire et ses premiers constats, avant de prendre une décision sur ce sujet. La question du périmètre pertinent pour l’application de cette mesure méritera également d’être posée.»

Une augmentation de 3 % entre 2002 et 2011

Les élus de gauche à la CUB estiment que Bordeaux doit participer, pour contenir la hausse des prix du logement. «La faute à un marché «libre» qui a permis l’augmentation des loyers de plus de 3 % par an sur Bordeaux entre 2002 et 2011. Un marché qui laisse les étudiants en proie à des promoteurs pour qui le studio de quelques mètres carrés vaut autour de 500 euros, soit près de la moitié de ce que rapporte un petit boulot», estime le groupe communiste dans son communiqué. Le groupe Europe-Ecologie-les Verts (EELV) Aquitaine réclame cet encadrement pour Bordeaux mais aussi pour les agglomérations d’Arcachon, la Teste-de-Buch et Bayonne, comme le prévoyait la loi pour l’accès au logement et l’urbanisme rénové (ALUR). «Alors que la région attire chaque année de nouveaux habitants et notamment un nombre conséquent d’étudiants, les loyers ne doivent pas être un frein à l’installation. Un logement accessible à tous est un droit», estiment les écologistes.