L'évasion grâce au handball

REINSERTION Cinq détenus de Gradignan sur un terrain face aux handballeuses du Club athlétique béglais (CAB, Division 1)... l'image est insolite. La rencontre disputée vendredi au gymnase Duhourquet de Bègles s'inscrit dans le projet de réinsertion initié par le...

©2006 20 minutes

— 

Cinq détenus de Gradignan sur un terrain face aux handballeuses du Club athlétique béglais (CAB, Division 1)... l'image est insolite. La rencontre disputée vendredi au gymnase Duhourquet de Bègles s'inscrit dans le projet de réinsertion initié par le Comité régional olympique et sportif (Cros) en 2005. Il sensibilise les détenus aux bienfaits du sport, avec la volonté de les inciter à suivre une formation diplômante d'éducateur sportif. Ils sont cinq à avoir regoûté à la liberté le temps de matchs mixtes avec les handballeuses du CAB. Abou, 25 ans, savoure l'engagement et l'enthousiasme des joueuses : « J'ai été surpris par leur technique et leur taille ! Plus sérieusement, ce projet est salutaire, il rompt avec la vision souvent primitive des détenus en nous tendant la main. C'est un déclic personnel : je m'oriente vers un brevet fédéral multisports. »Du côté du CAB, partenaire permanent de l'opération, le coprésident Robert Serra, ému par le rythme et l'ambiance de la partie, s'interroge : « Au fond, je ne sais pas qui gagne le plus dans cette rencontre. » La joueuse Stéphanie Cano, championne du monde de handball 2003, est ravie de ses nouveaux coéquipiers : « Avec les détenus, nous sortons du cercle fermé du sport professionnel. Ils nous rappellent à quel point la roue peut tourner vite. Et puis les médailles. on les met dans l'armoire. S'ouvrir aux autres est plus gratifiant, plus utile aussi. »

Nicolas Pion