Un ballet de grues pour révéler le nouveau quartier des Bassins à Flot

CHOREGRAPHIE Le sculpteur Jean-François Buisson a eu l’idée du ballet de grues de chantier qui sera organisé dans ce quartier bordelais en construction. Il en explique la genèse…

Mickaël Bosredon

— 

Grues de chantier dans le quartier des Bassins à Flot à Bordeaux
Grues de chantier dans le quartier des Bassins à Flot à Bordeaux — E.Provenzano/20Minutes

Il a eu l’idée d’organiser un ballet avec les grues du chantier des Bassins à Flot, «en regardant ces géants d’acier, un soir, assis à la terrasse de l’IBoat.» Porteur du projet artistique des Vivres de l’Art à Bacalan, Jean-François Buisson, artiste-sculpteur, a alors été «frappé par cette concentration de grues dans un si petit périmètre.»

Une quinzaine de ces engins sont en effet à pied d’œuvre pour construire dans ce quartier plus de 5.000 logements, des commerces et des services. «Il y a deux ans il n’y avait rien, et maintenant plusieurs immeubles sont sortis de terre» poursuit Jean-François Buisson. Proposé vendredi 12 septembre à 22h, dans le cadre de la biennale d’architecture Agora, qui se tient du 11 au 14 septembre, ce ballet aura ainsi la volonté de «montrer qu’un projet urbain, c’est long à se dessiner, mais quand c’est parti ça pousse très vite.»

«L’idée du ballet est qu’elles s’entrechoquent presque…»

Chaque grue sera mise en lumière en étant habillée de guirlandes «starflash», et elles seront équipées à leur extrémité d’une poursuite. Ces projecteurs serviront à mettre en lumière l’avancée du projet urbain des Bassins à Flot. «Ils éclaireront le sol et le paysage urbain pour révéler ces nouvelles architectures et le patrimoine industriel du quartier, en créant des zones d’ombre. Des bâtiments vont ainsi apparaître et disparaître au fur et à mesure du ballet.»

Intitulé Parade amoureuse, le spectacle sera orchestré par le chorégraphe Jean-Emmanuel Belot, directeur artistique de la compagnie Eightball, sur une musique du symphoniste New-Yorkais Glenn Branca. «A regarder toutes ces grues si proches les unes des autres, nous nous disions qu’elles allaient finir par se toucher. Ce sera l’idée du ballet, qu’elles s’entrechoquent presque.»

Un spectacle visible de partout autour des Bassins à Flot

Ce sont les grutiers qui opèrent au quotidien sur le chantier qui seront aux manettes. «C’est l’occasion de mettre en avant un métier déterminant dans la bonne marche d’un projet urbain.»

Gratuit et ouvert à tous, le ballet devrait être visible d’un peu partout aux alentours des Bassins à Flot. Mais le meilleur spot sera «depuis le pont du Pertuis», assure Jean-François Buisson.