Un bilan morose pour la saison touristique en Aquitaine

TOURISME La fréquentation touristique dans le Sud-Ouest est orientée à la baisse pour la haute saison. Seul le tourisme urbain tire son épingle du jeu...

Elsa Provenzano

— 

Le miroir d'eau, lieu emblématique du rafraîchissement des Bordelais en période de forte chaleur.
Le miroir d'eau, lieu emblématique du rafraîchissement des Bordelais en période de forte chaleur. — s.ortola/20minutes

Malgré les 250 kilomètres de côtes aquitaines, le bilan régional de la fréquentation estivale n’est pas très bon. L’Aquitaine, comme presque toute la France, fait les frais d’une mauvaise météo. «Il y a eu 30 % d’ensoleillement en moins entre le 15 juillet et le 18 août environ, selon Météo France», rappelle Régine Marchand, présidente du comité régional du tourisme en Aquitaine.

Si la fréquentation lors de l’avant-saison 2014 est équivalente à celle de 2013, la haute saison a été compliquée: seuls 50 % des professionnels du tourisme sont satisfaits, contre 71 % en 2013. «Même à Lacanau Pro (compétition internationale de surf) il y a eu moins de monde cette année», observe Régine Marchand.

La météo n’est pas seule en cause

«Même si les réservations de dernière minute continuent à progresser, deux tiers des touristes s'y prennent plusieurs mois à l'avance, la météo n’explique donc pas tout. On observe ainsi que les vacanciers aiment de plus en plus partir hors saison», relativise Brigitte Bloch, directrice de l’office du tourisme de Bordeaux.

Les stigmates des intempéries qui ont rongé le trait de côte aquitain peuvent aussi expliquer une certaine désaffection pour la région. Certains traumatisés par les images des tempêtes ont préféré d’autres destinations et d’autres se sont retrouvés à mettre leurs serviettes sur les dunes plutôt que sur la plage, lors de grands coefficients de marées.

L’hôtellerie en plein air a beaucoup souffert cet été: 47 % des responsables de campings notent une fréquentation en baisse par rapport à la haute saison 2013. «Je pense que ce n’est pas qu’un phénomène local, il y a peut-être une crise plus globale sur les campings, une sensibilité du marché au rapport qualité/prix», avance Brigitte Bloch.

Le tourisme urbain séduit de plus en plus

La fréquentation continue à progresser à Bordeaux, elle est aussi satisfaisante cette année à Périgueux et Pau, grâce au passage du Tour-de-France. La météo a profité aux établissements culturels avec une hausse des visites, observée par 41 % des professionnels. «Il y a un phénomène général d’augmentation du tourisme urbain car les vacanciers aiment avoir tous les services accessibles, assure Brigitte Bloch. On ne vient plus une seule journée en ville mais quelques jours. Une évolution des comportements qui profite aussi à la région puisqu’en venant à Bordeaux, les touristes en profitent pour visiter Arcachon, Saint-Emilion etc.»

Si le bilan 2014 n’est pas rose, les professionnels misent sur l’arrière-saison, comptant sur le fait que cela fait plusieurs années que l’automne est meilleur que l’été. «Cela ne compensera pas le manque de fréquentation de cet été, puisque juillet et août représentent la moitié de la fréquentation touristique annuelle en Aquitaine, mais c’est un élément qui nous rend optimiste», conclut Brigitte Bloch. Les hôteliers et restaurateurs vont donc continuer à s’intéresser de près aux bulletins météo…