CDiscount a ouvert pour la première fois au public les portes de son entrepôt de Cestas

ECONOMIE Près de 300 curieux se sont pressés à Cestas, au sud de Bordeaux, ce vendredi, pour découvrir la plateforme logistique de CDiscount...

Elsa Provenzano

— 

A Cestas, le 22 aout 2014, Cdiscount a ouvert son entrepot logistique a 300 personnes.
A Cestas, le 22 aout 2014, Cdiscount a ouvert son entrepot logistique a 300 personnes. — E.Provenzano / 20 Minutes

C’est la première fois que le géant d’e-commerce ouvre les portes de son site de Cestas qui expédie 45 000 colis par jour et jusqu’à 125 000 pendant les soldes et la période de Noël. Parmi les visiteurs, un groupe de septuagénaires attend le début de la visite en discutant autour d’un café, ce sont des habitués du tourisme industriel: «On fait ça depuis plusieurs années. On a visité le chantier du tram, du pont Chaban, de la ligne à grande vitesse (LGV) et du Grand Stade. On est clients et ça nous intéresse de voir comment est traitée une commande», explique Christiane. Certains, Cestadais, passent fréquemment devant l’usine et sont curieux de découvrir l’intérieur.

100 000 m2 d’entrepôts logistiques

C’est le directeur logistique de la plateforme de Bordeaux, Grégory Locqueneux, qui est chargé de leur faire visiter une partie des immenses locaux qui s’étendent sur 100 000 m2, soit 15 terrains de football. A Bordeaux, CDiscount traite les colis de moins de 30 kg qui peuvent être expédiés par la Poste et à saint-etienne, l’autre grande plateforme logistique française de taille équivalente, on traite les paquets plus volumineux. 450 personnes travaillent sur le site et l’effectif peut monter jusqu’à 1000 pendant les grosses périodes d’activité. Avant Noël, la plateforme s’active jour et nuit, 24 h sur 24, pendant un mois. Les tablettes, smartphones, ordinateurs portables et jouets font partie des produits les plus expédiés.

Un semi-remorque quitte le site toutes les 12 minutes

En pénétrant dans l’entrepôt, on est frappé immédiatement par le ballet des engins qui transportent les palettes et klaxonnent au bout des allées pour éviter les carambolages. «Attention, ils ne roulent pas vite mais peuvent peser jusqu’à 4 tonnes», avertit le directeur logistique lors des consignes de sécurité adressées aux visiteurs. Le circuit de traitement d’une commande est expliqué de A à Z. Quand la marchandise est rangée dans le stock, c’est à ce moment-là qu’elle devient disponible à la vente en ligne. «Quand ça passe sous le portique et que c’est prêt à partir, vous recevez un mail qui vous indique que votre colis est préparé», explique le directeur logistique. Et lorsque le camion est chargé et que les documents sont prêts, le client reçoit un mail, l’avertissant que son colis est pris en charge par un transporteur. Toutes les 12 minutes, un semi-remorque quitte le site Cestadais.

Dès septembre et octobre, des maintenances préventives vont commencer sur les machines pour éviter toutes pannes éventuelles pendant le pic d’activité, c’est-à-dire juste avant la période de Noël.