« Cela me plaît, on renonce à avoir et on partage »

ECONOMIE Deux sites collaboratifs girondins séduisent les vacanciers...

Elsa Provenzano

— 

Les deux créateurs du site SamBoat qui propose des locations de bateaux entre particuliers. 
 
Les deux créateurs du site SamBoat qui propose des locations de bateaux entre particuliers.   — SamBoat

Couchsurfing, covoiturage, coworking : autant d’exemples d’économie collaborative, qui privilégie la notion d’usage plutôt que celle de propriété. Les projets fleurissent partout en France et parmi les derniers nés en Gironde, des concepts qui séduisent à l’heure des départs en vacances. Le site Airvy propose plus de 200 campings cars de particuliers à la location, sur son site. « On a plus de demandes que d’offres », précise Fabrice Dedeye, le cofondateur du site. Amélie, 38 ans, a eu la chance de pouvoir réserver une semaine cet été et part avec son mari et son fils : « On n’a jamais voyagé en camping-car et on voulait une activité originale pour faire un petit périple en France ». Sa location lui coûte environ 500 euros.

«J'utilise mon bateau seulement hors saison»

Les camping-cars et les bateaux sont chers à l’achat, se dévalorisent vite et coûtent cher à entretenir. « Le montant moyen de l’entretien annuel d’un bateau c’est 3000 euros, sans compter la place au port. Et 97 % du temps, il ne navigue pas », précise Nicolas Cargou, co-fondateur du site SamBoat. « Cela coûte cher d’avoir un bateau et moi je l’utilise seulement hors saison en avril-mai et en octobre », raconte Sylvia, 29 ans qui a déjà une réservation de trois semaines pleines pour son bateau à moteur via Samboat. Paul-François Zermati, 65 ans, s’est orienté vers le site pour trouver la perle rare « Ce sont des amis qui m’ont conseillé d’aller voir car les professionnels n’avaient pas ce que je cherchais, c’est-à-dire un voilier ni trop petit ni trop grand et confortable ». Il a loué sur le Bassin d’Arcachon, à un tarif qu’il estime être 30 % inférieur à celui proposé par les professionnels. « Ce système me plaît, on renonce à avoir et on partage ! », s’enthousiasme-t-il. SamBoat va rechercher des fonds d’ici la fin de l’année pour se développer en Europe.