L'«écolo-quartier» attire la défiance

URBANISME La procédure d'enquête publique concernant le projet d'Apsys débute aujourd'hui, mais le peu de soutien des élus locaux fait planer des doutes

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Cent vingt logements, une crèche, un « pôle économique » et 40 000 m2 de zone commerciale. S'il se réalise, le projet porté par l'opérateur Apsys pour la requalification d'une zone de vingt hectares entre la rocade, le centre commercial du Lac et le quartier Bacalan a de quoi transformer la physionomie du nord de Bordeaux. Mais alors que la procédure d'enquête publique débute aujourd'hui, le peu de soutien affiché par les élus locaux fait planer des doutes quant à l'aboutissement du dossier.Tout avait pourtant bien commencé pour Apsys, sélectionné en 2004 pour aménager ces terrains. Mais Alain Rousset (PS), qui a succédé à Alain Juppé à la tête de la CUB, est ouvertement hostile au projet. Il veut limiter le développement de nouvelles zones commerciales de périphérie et met en avant l'impact environnemental imputable au trafic routier généré. Pour obtenir l'aval, indispensable, de la commission départementale d'équipement commercial, Apsys doit donc convaincre. Du coup, la zone commerciale a été réduite, l'accent a été mis sur l'architecture et l'environnement et l'ensemble est devenu un « éco-quartier ». « Je ne sais pas à quoi est due cette défiance, s'interroge le directeur du projet chez Apsys, Philippe Lucaora. Nous avons mis beaucoup de moyens et toute notre compétence dans ce projet qualitatif qui sort de l'ordinaire. » Il chiffre l'investissement à 220 millions d'euros, dont 20 millions consacrés à la voirie et à la construction d'un pont sur la rocade.

Sophie Lemaire