Le vélo Pibal de Starck est enfin arrivé à Bordeaux

DEPLACEMENTS Après une série de modifications, le vélo dessiné par Starck pour la ville de Bordeaux est enfin prêt. 160 exemplaires sont arrivés à Bordeaux. Un tirage au sort sera ouvert à partir de vendredi pour pouvoir les emprunter...

Mickaël Bosredon

— 

Le vélo Pibal dessiné par Starck pour Bordeaux
Le vélo Pibal dessiné par Starck pour Bordeaux — MAIRIE DE BORDEAUX

Mais que sont devenus les Pibal? Les fameux vélos jaune et gris dessinés par le designer Philippe Starck pour la ville de Bordeaux, devaient être disponibles dans un premier temps à la Maison du vélo de Bordeaux en janvier, livraison qui a été repoussée à fin février… Et depuis, plus rien.

«Ils sont arrivés à la mairie, informe l'élue Anne Walryck. 160 exemplaires sont dans nos murs, il nous a fallu un peu de temps pour les monter, puisqu'ils nous arrivent en pièces...»

Les Bordelais pourront les emprunter à partir de début juillet, à la suite d'un jeu-concours/tirage au sort. «Nous allons mettre en place un concours innovant, en partenariat avec Le Crush, nouveau concept bordelais de conversation numérique, explique Anne Walryck. Du 13 au 27 juin, les cyclistes souhaitant emprunter un Pibal pour 1 semaine ou 6 mois, devront retirer un coupon jaune Pibal/Le Crush dans l’un des 50 sites répartis dans la ville (maison du vélo, mairies de quartier...) Chacun devra répondre au message communiqué via www.lecrush.com pour tenter d’être tiré au sort.»

140 autres vélos arriveront en septembre, et encore 200 avant la fin de l'année. «Nous en aurons 500 à la fin de l'année, que les Bordelais ne pourront conserver plus de six mois.»

Problèmes de béquille et de garde-boue

Quelques éléments du vélo fabriqué par Peugeot se sont révélés inadéquats durant la période d’essai, réalisée par une vingtaine de Bordelais tirés au sort, à la fin de l’année 2013. Ce qui justifie ce retard de livraison. Parmi ces testeurs, Alice Lacombe, relève ainsi un «souci de béquille pas assez solide par rapport au poids du vélo ; nous sommes nombreux à avoir fait remonter cette difficulté.» Le garde-boue trop court posait aussi problème, car il ne protégeait pas assez l’utilisateur. L’éclairage se serait lui montré défectueux et pas assez performant.

Anne Walryck confirme que ce sont ces éléments qui ont été revus. Notamment l'éclairage arrière.

Les vélos sont «sur la chaîne de montage» indique Peugeot

Contacté par 20Minutes, le fabricant Peugeot confirme également qu’il a fallu «suite aux retours des testeurs, modifier la hauteur du garde-boue, la lumière et renforcer la béquille. Ce sont des ajustements qui ont été réalisés, mais aucune modification structurelle n’a été effectuée.»

Les Pibal sont maintenant «sur la chaîne de montage, dans l’usine de Romilly-sur-Seine, depuis plusieurs semaines, et les livraisons à la mairie vont se poursuivre.»

«Très bon vélo urbain»

«Il y avait quelques détails qui n’allaient pas, mais dans l’ensemble, c’est un très bon vélo, tient à préciser Alice Lacombe. D’ailleurs, depuis que je l’ai rendu en janvier à la fin du test, je me déplace beaucoup moins à vélo dans Bordeaux.»

Testeuse elle aussi, Anne Walryck ajoute également que c'est «un très bon vélo urbain ; son système de vitesses automatiques, son anti-vol et son porte-bagage ont été très appréciés.»

Vélo-patinette

La particularité du Pibal est qu’il n’est pas qu’un vélo, puisqu’il propose aussi une fonction de patinette, grâce à sa plateforme centrale. L’utilisateur peut ainsi mettre le pied à terre et patiner lorsqu’il y a trop de monde dans une rue piétonne. Une option qui n’aurait pas convaincu certains testeurs, voyant là plutôt un simple gadget.

Le Pibal remplacera progressivement la flotte des 4.000 vélos disponibles actuellement à la maison du vélo en prêt gratuit. A terme, il sera également possible d’acheter le Pibal, au prix de 420 euros pièce.