Achraf Essayeh, en stage au centre d'animation des Pins, à Mérignac

©2006 20 minutes

— 

Achraf Essayeh

24 ans. Bordelais, en stage au centre d'animation des Pins, à Mérignac.

J'ai choisi Mérignac car on m'a proposé un CAE. Originaire du quartier des Aubiers, je voulais aussi découvrir un autre terrain. J'ai débuté l'animation vers 18 ans, en créant un groupe de musique, Almaraï. A partir de là, j'ai animé des ateliers de percus et de batterie dans les centres sociaux bordelais. Puis, je me suis dit qu'il me fallait une formation. Même si on a des acquis, on est obligé d'avoir un diplôme pour pouvoir travailler dans l'animation. J'avais besoin d'apprendre d'autres outils, comme la communication, d'acquérir une technicité. Les territoires sensibles, ce ne sont pas que les cités, mais aussi les zones rurales. Si on me propose une mission à Saint-André-de-Cubzac ou dans le Médoc, j'accepterai. Un territoire sensible, c'est un territoire où il y a plus de difficultés sociales qu'ailleurs, plus de chômage et où l'Etat a du mal à trouver des solutions concrètes. Nous, on sera des acteurs, on sera formés et on mettra tout en oeuvre pour améliorer les choses. Mais on ne sera pas des supermans... Le résultat final viendra de l'Etat.

M. G.