Une comportementaliste pour chats à Bordeaux

ANIMAUX Charlotte de Mouzon vient de s'installer à Bordeaux. Elle propose des séances pour aider à régler les troubles du comportement des chats...

Mickaël Bosredon

— 

Charlotte de Mouzon, comportementaliste pour chats à Bordeaux
Charlotte de Mouzon, comportementaliste pour chats à Bordeaux — S.ORTOLA/20MINUTES

Agressivité, malpropreté, griffades sur les meubles à répétition. Le comportement de votre chat vous inquiète? Les comportementalistes assurent pouvoir régler un certain nombre de troubles de l’animal. Diplômée d’un master en éthologie, et spécialisée dans le comportementalisme, Charlotte de Mouzon vient de s’installer à Bordeaux. «Je ne m’occupe que des chats, précise-t-elle, par affinité.» Charlotte de Mouzon se déplace chez le propriétaire, et affirme qu’une seule séance, d’une durée entre une et deux heures (au tarif de 40€ de l’heure), suffit à identifier les causes du ou des problèmes. «Il faut que je vienne sur place car j’ai besoin d’étudier l’environnement dans lequel le chat évolue» explique-t-elle.

«Il n’y a évidemment pas de solution toute prête aux problèmes observés, prévient-elle, mais il existe des causes assez récurrentes. Le trouble de l’animal peut être dû à son environnement direct, comme une litière mal placée ou pas adaptée, à l’alimentation – il ne faut pas rationner un chat, il a besoin d’avoir de la nourriture constamment à disposition, c’est lui qui se régule tout seul à raison de 10 à 12 repas par jour – ou au comportement de l’humain –le chat est un animal indépendant qu’il ne faut pas trop étouffer. Mais souvent, il y a plusieurs causes au problème, et je donne au propriétaire un panel de choses à mettre en place.» Il faudra parfois plusieurs semaines voire plusieurs mois, pour que l’animal retrouve un comportement adapté.

Mise en garde des vétérinaires

Apparu en 1986 en France, le métier de comportementaliste se développe de plus en plus. Les vétérinaires le regardent parfois d’un mauvais œil, voire le contestent. «La science du comportementalisme est fondée, souligne Gilles Hutzler, vétérinaire au cabinet du Lapin Blanc à Bordeaux, mais attention aux soi-disant spécialistes. Il y a une gamme très étendue chez les comportementalistes, dans laquelle on trouve encore des gens qui frappent les animaux, et à l’inverse des «bisounours» qui laissent faire à l’animal ce qu’il veut.»

Lui-même adepte des médecines douces, il pratique l’acupuncture ou l’homéopathie pour les animaux. Et sa collègue est spécialisée en comportementalisme. «De plus en plus de vétérinaires optent pour cette spécialisation, et je pense qu’il est donc préférable de faire appel à un véritable professionnel. D’autant que, chez les non-vétérinaires, il est très difficile de trier les bons des mauvais, à moins qu’ils ne soient recommandés par plusieurs personnes.»

Charlotte de Mouzon reconnaît que, dans sa profession, «il peut y avoir des dérives», et «comprend les vétérinaires.» «Moi-même je me destinais à devenir vétérinaire, mais je me suis aperçue que soigner les animaux, ce n’est pas forcément les observer. Mon master en éthologie est tout de même un gage de sérieux, et, dans ma démarche, je n’interviens jamais si le propriétaire de l’animal n’a pas d’abord fait appel à son vétérinaire» assure-t-elle. «Je suis persuadée de mon côté que les deux professions peuvent travailler ensemble.»

Charlotte de Mouzon dispose d'un site Internet, à consulter ici