Plan de rigueur à la communauté urbaine de Bordeaux

POLITIQUE Alain Juppé, président de la communauté urbaine de Bordeaux (CUB), a présenté ce vendredi, la feuille de route qu’il propose pour réaliser des économies…

Elsa Provenzano

— 

Le maire Bordeaux Alain Juppé en mars 2014.
Le maire Bordeaux Alain Juppé en mars 2014. — SERGE POUZET/SIPA

«Les réductions des dotations de l’Etat se font dans des proportions que l’on a jamais vues», estime Alain Juppé, pour justifier la mise en place d’un cadrage budgétaire, présenté en conseil de CUB, ce vendredi. Le but est de réduire les frais de fonctionnement de 10 % pendant la mandature.

Mutualisation des personnels

«Il faut rogner sur les frais de communication, sur les frais d’études un peu trop systématique dans l’ancienne mandature et faire une recherche de performance dans les services. Il ne s’agit pas de supprimer des emplois mais d’associer les collaborateurs des communes et de la communauté urbaine», a-t-il expliqué. Dans le cadre de la métropolisation, des transferts de compétences, qui ont déjà commencé et des  transferts d’équipements sont prévus. «La mutualisation de la CUB et des communes, dans une recherche d’économie, implique un transfert de personnels. C’est un sujet très sensible», a précisé Alain Juppé. Il rappelle cependant que la CUB est en excellente santé financière, parce qu’elle est «bien gérée depuis 20 ans» et très peu endettée. Si les bases sont saines, il craint un effet ciseau puisque les dépenses vont augmenter plus vite que les recettes, en baisse de 2,2 %.

Dernière édition pour l’été métropolitain

L’été métropolitain va se dérouler comme prévu, du 14 juin au 27 septembre, mais ne sera pas reconduit l’année prochaine, par la nouvelle majorité. «On pense que la CUB doit rester sur son cœur de compétences, elle n’est pas puissance organisatrice pour des événements culturels». En quelques années, six refuges périurbains, imaginés par un architecte pour permettre de faire le tour de l’agglomération à pied, ont été crées. Les huit autres refuges prévus pour boucler le parcours ne verront pas le jour car ils sont jugés non prioritaires. Leur coût était estimé à 800 000 euros.   

Hausse du prix dans les bus et tram

«On a un réseau deux fois plus étendu que celui de Lyon alors qu’il y a moins d’habitants. Le taux de couverture des dépenses par les recettes est de 27 % alors qu’il faut arriver à 30 / 31 %. On ne peut pas rester sur un blocage de tarifs souhaité par l’ancienne majorité et vraisemblablement pré-électoral», a commenté Alain Juppé suite à l’annonce de la hausse des prix dans les transports en commun. «La TVA a augmenté mais cette hausse n’a pas été répercutée sur les tarifs. On va le faire à partir du 1er août», a ajouté Christophe Duprat, vice-président de la CUB en charge des transports. Une couverture des dépenses de 30 % permettrait selon l’actuelle majorité de continuer à développer le réseau, tout en hiérarchisant les différents projets d’extension des lignes de tram. Alain Juppé va prochainement à Nantes qui a mis en place sur son agglomération un bus à haut niveau de service, beaucoup moins coûteux que le tramway.