Toujours plus de déchets à recycler

ECOLOGIE L'usine Astria de Bègles a l'exclusivité du traitement des détritus issus des collectes sélectives de l'agglomération

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

C'est ici qu'atterrissent les déchets triés par les habitants de la CUB. L'usine Astria de Bègles a l'exclusivité du traitement des détritus issus des collectes sélectives de l'agglomération (sauf le verre). L'augmentation de sa capacité de tri fait l'objet d'une enquête publique qui s'achèvera jeudi. Car huit ans après sa mise en service, elle est menacée de saturation. « Il y a cinq ans, la CUB nous amenait 16 500 tonnes de déchets à trier, explique le directeur d'Astria, Thierry Lamotte. Désormais c'est 30 000, et les perspectives nous laissent envisager 45 000 tonnes d'ici à cinq ans. »

L'extension de la collecte sélective ne se fait pas sans mal. Après les quartiers résidentiels, la mise en place de la collecte en porte à porte dans les zones plus densément urbanisées se fait progressivement. Trop lentement, pour les Verts, qui dénoncent un manque de courage politique. Après Saint-Augustin et Caudéran en 2006, les quartiers d'échoppes entre les boulevards et les cours adopteront le bac vert d'ici à 2008. L'hypercentre devra se contenter des bornes d'apport volontaire. Face à ce surplus de déchets, Astria a pris les devants. Sans être sûre d'en avoir la charge car la CUB a lancé un appel d'offres. Parallèlement, la collectivité et l'entreprise renégocient l'accord qui les lie pour vingt ans (lire ci-dessous) et une procédure est en cours devant la justice administrative pour un contentieux sur les tarifs. Thierry Lamotte reste serein : « Les besoins de tri sont croissants. S'il le faut, nous chercherons d'autres clients. »

Sophie Lemaire

37 460 tonnes de déchets ont été collectés dans la CUB en 2005 dans le cadre de la collecte sélective, soit une hausse de 5 % par rapport à 2004.

11 300 tonnes étaient constituées de verre, qui n'est pas retraité par Astria mais par la société Ipaq, à Izon.

74 % des déchets triés par Astria proviennent des collectes sélectives en porte à porte; 26 % proviennent des bornes d'apport volontaire.

68 kg par an et par habitant étaient issus de la collecte en porte à porte en 2005, 16 kg d'un apport volontaire.