Des canards gavés, mais pas stressés

FOIE GRAS Le gavage ne serait pas un traumatisme pour les volailles. C'est le résultat de recherches réalisées par l'Institut national de recherche agronomique (Inra) qui a révolté les associations anti-gavage en décembre. L'association Stop Gavage devait êtr...

©2006 20 minutes

— 

Le gavage ne serait pas un traumatisme pour les volailles. C'est le résultat de recherches réalisées par l'Institut national de recherche agronomique (Inra) qui a révolté les associations anti-gavage en décembre. L'association Stop Gavage devait être reçue le 24 janvier par l'Inra, dans un souci d'apaisement. Mais le rendez-vous a été annulé. « Nous avions des questions précises auxquelles l'Inra ne voulait pas répondre », explique Antoine Comiti, porte-parole de l'association qui conteste les résultats des recherches, estimant qu'il existe une surmortalité chez le canard gavé.

« Depuis douze ans, nous évaluons le stress du canard mulard lors du gavage, grâce à une hormone, la corticostérone. Et il n'y a pas d'élévation de cette hormone », souligne Gérard Guy, directeur de l'unité expérimentale des palmipèdes à foie gras, située dans les Landes. Un constat partagé par la communauté scientifique internationale. Les opposants considèrent que l'Inra est juge et partie car il a reçu des aides des professionnels du foie gras pour cette étude. « Nous avons été les premiers surpris. Je suis un scientifique, si on doit m'imposer un résultat, je changerai de métier », clame Gérard Guy.

Julie Millet

Quand le canard mulard est nourri naturellement, son foie peut atteindre 150 grammes. Mais pour bénéficier de l'appellation « foie gras », le foie doit peser 300 grammes au moins, d'où l'utilisation du gavage par les producteurs.