Mars, un mois de choix pour la LGV

TRANSPORTS Le tracé de la ligne à grande vitesse (LGV) Bordeaux-Espagne se précise timidement.

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Le tracé de la ligne à grande vitesse (LGV) Bordeaux-Espagne se précise timidement. La commission nationale du débat public a présenté hier les conclusions des quatre mois de débat. Aucune option n'a clairement été sélectionnée, puisque ce choix revient au maître d'ouvrage, Réseau ferré de France, qui se prononcera en mars. Mais des pistes semblent se dessiner.

Politique. Le scénario 3 (celui avec un tronçon commun à Bordeaux-Espagne et Bordeaux-Toulouse) fait l'unanimité au sein des milieux politiques et économiques. Le ministre des Transports s'est même engagé, la semaine dernière, sur un calendrier pour le prolongement au Sud de Bordeaux. Les études sur les deux projets seraient accélérées pour permettre un démarrage des travaux en 2013. Une option lourde de conséquences pour l'environnement.

Alternative. Le scénario 1 est apparu, pour les riverains, comme l'alternative au scénario 3, avec l'aménagement plutôt que le doublement des voies existantes. Solution qui permet l'échelonnement des paiements et la préservation de l'environnement. Par ailleurs, cette option améliore la desserte du Bassin d'Arcachon, mais n'arrange pas le projet vers Toulouse...

Tunnel. C'est dans le secteur entre Dax et Hendaye que s'est exprimée la plus forte opposition. Les intervenants ont estimé que les lignes existantes étaient suffisantes et qu'en cas de nouvelle ligne, un tunnel serait préférable.

RFF va donc devoir s'orienter soit vers le choix des politiques, soit vers celui des citoyens... « Nous ne sommes pas dans un système de concours, expliquait hier un représentant de RFF, il y a des possibilités de variantes, de combinaisons. Il est rare que le choix final soit précisément une des options. »

O. Dupont