A Bordeaux, Airbus Group dévoile son projet d'avion tout-électrique

AERONAUTIQUE Le premier vol inaugural de l'E-Fan s'est déroulé ce vendredi à l’aéroport de Bordeaux-Mérignac, où s'effectuera l'assemblage en série de cet avion-école...

Mickaël Bosredon

— 

L'avion tout-électrique d'Airbus Group E-Fan
L'avion tout-électrique d'Airbus Group E-Fan — JPDN/SIPA

Les conditions météorologiques n’étaient pas optimales, avec un vent de 19 nœuds. Mais le vol inaugural de l’E-Fan, avion-école tout électrique, développé par Airbus Group, s’est déroulé sans encombre, vendredi midi à l’aéroport de Bordeaux-Mérignac.

Ce biplace, 6,7 m de long et 9,5 m d'envergure, est développé par Airbus Group (ex-EADS) en partenariat avec Aero Composites Saintonge (ACS), entreprise basée près de Royan (Charente-Maritime), et la Direction générale de l'aviation civile (DGAC). La Saft est en charge de la conception des batteries, et Safran de la motorisation. Le projet a également reçu le soutien de la région Aquitaine. Il fait partie des 34 plans de la «Nouvelle France industrielle.»

Construit en fibre de carbone et propulsé par deux moteurs alimentés par une série de batteries au lithium-ion polymère de 250 volts, l'E-Fan peut voler jusqu'à 200 km/h (160 km/h en vitesse de croisière). Son autonomie est d’environ une heure.

Une usine du futur pour cet avion du futur

Mais il ne s’agit là que d’un prototype. Airbus a dévoilé ce vendredi devant le ministre de l’Economie Arnaud Montebourg les maquettes de deux autres versions de l’E-Fan: l’E-Fan 2.0, bi-place tout électrique également, et l’E-Fan 4.0, un avion hybride qui pourra embarquer quatre personnes, qui a lui une capacité de vol de trois heures.

Ces deux versions seront celles qui seront assemblées dans «l’usine du futur», qui verra le jour sur le site de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac. La conception et l’assemblage seront réalisés par des élèves de l'Institut de maintenance aéronautique de Bordeaux, l'Isae, l'Insa de Toulouse ainsi que de l'École des arts et métiers de Poitiers et de Bordeaux. «Mais Airbus recrutera également pour ce projet.»

Cette usine du futur proposera  «des technologies de réalité virtuelle» servant à la conception de l’appareil. «Des industriels comme Dassault Systèmes seront des acteurs clés pour la créer.» Les premiers appareils de série devraient sortir d’usine en 2017, et Airbus Group entend en fabriquer «80 par an.» Ces appareils seront destinés à la formation des futurs pilotes.

Un projet d’avion civil de 90 places pour des liaisons intérieures

«L’aéronautique aura besoin de former 650.000 pilotes, et 500.000 ingénieurs et techniciens ces prochaines années, a rappelé Jean Botti, directeur général délégué Technologie et Innovation d'Airbus Group. Comment peut-on les entraîner? L’E-Fan servira à cela. C’est pourquoi l’école nationale d’aviation civile va nous accompagner dans ce projet, de même que les fédérations d’aéro-club. » Le brevet de base pourra être passé sur l’E-Fan 2.0, et le brevet complet sur l’E-Fan 4.0.

L'E-Fan devrait également résoudre les problèmes de nuisances sonores, «ce qui empêche à ce jour les petits avions civils de voler le dimanche entre midi et 15h» indique Jean Botti.

L’aventure ne s’arrêtera pas là. Airbus Group entend en effet se servir de ces modèles pour développer un avion électrique de 90 places, qui servirait à des liaisons régionales en France. «C’est un marché sur lequel nous ne sommes pas présent» a indiqué Jean Botti. Ce projet pourrait voir le jour d’ici à 2040. «Et cet avion pourra voler de jour comme de nuit.»