La mairie contaminée par «l'affaire»

©2006 20 minutes

— 

Plus que le vote de la charte d'écologie urbaine d'Alain Juppé, la présence ou l'absence de Martine Moulin-Boudard au conseil municipal risque de retenir l'attention cet après-midi. Pour le moment, aucune information n'a filtré sur une éventuelle démission de l'élue chargée du Patrimoine. « Si cela devait arriver, nous laisserions l'intéressée en aviser la presse », a déclaré, dans le quotidien Sud-Ouest, un membre de la mairie. Cependant, Martine Moulin-Boudard et Jean-François Lhérété, directeur des affaires culturelles de Bordeaux, n'ayant pas le droit de se rencontrer, dans le cadre du contrôle judiciaire, il va bien falloir que l'un d'eux prenne une décision. Et même si la mairie se borne à dire que cette affaire n'a aucun lien avec la municipalité, le Palais-Rohan a servi de « décor » puisque vendredi, des perquisitions ont eu lieu dans le bureau de Jean-François Lhérété. Elles auraient révélé des choses « intéressantes », pouvait-on lire samedi dans Sud-Ouest.

Il pourrait y avoir aussi du nouveau du côté du palais de justice. La demande de remise en liberté de Nicole Dumont, la cartomancienne, et de François-Xavier Bordeaux, le chargé de mission à la mairie, formulée par leurs avocats, est examinée aujourd'hui.

Orianne Dupont

L'avocat de Martine Moulin-Boudard dément l'information, parue vendredi, selon laquelle l'élue aurait évité l'incarcération en s'engageant à démissionner de ses fonctions d'avocate et d'élue.