Un parcours Bordeaux-Porto pour zéro euro

INITIATIVE Des étudiants de Sciences Po se sont engagés dans une course originale: ils devront atteindre Porto en partant de Bordeaux en 36h, et sans dépenser un euro dans les transports...

Mickaël Bosredon

— 

L'équipe organisatrice de la course EuroStep, entre Bordeaux et Porto
L'équipe organisatrice de la course EuroStep, entre Bordeaux et Porto — S.MAZARI

Relier Porto depuis Bordeaux en 36 heures, sans dépenser un euro dans les transports, et sans frauder. C’est le défi que se lancent quelque soixante-dix étudiants bordelais, la plupart inscrits à Sciences-Po, qui participent ce samedi à la course EuroStep. Ils partiront de la place de la Victoire à 7 h 30 et devront arriver à Porto avant dimanche minuit. «Nous leur avons donné rendez-vous place de la Liberté», explique Sarah Mazari, co-organisatrice de l’événement avec Fabien Chanthapanya.

«Promouvoir l’Europe»

Sarah Mazari s’est basée sur les «jailbreak», très répandus dans les universités anglo-saxonnes, pour organiser cette course. «J’ai moi-même participé à un jailbreak durant mon année Erasmus, entre Coventry et Amsterdam», raconte-t-elle. Ces événements se font systématiquement au profit d’une ONG. «En l’occurrence, nous avons demandé aux étudiants de récolter au minimum 50€ avant le départ de la course, qui seront reversés à une banque alimentaire slovène.» Membre de l’association Eurofeel, basée à Sciences-Po Bordeaux, Sarah Mazari souhaite surtout inscrire cette course dans «la promotion d’une certaine idée de l’Europe, comme la mobilité transfrontalière.»

Les étudiants, qui participent à l’épreuve par équipes, auront le choix de leur mode de transport: «Certains vont pratiquer l’auto-stop, d’autres vont essayer de convaincre les contrôleurs de train de les laisser monter gratuitement… Des Anglais m’ont même assuré qu’ils avaient réussi à prendre l’avion sans payer. Mais nous déconseillons aux participants de se rendre à l’aéroport de Mérignac ; ils risquent de perdre leur temps» précise l’étudiante de 21 ans.

Trois équipes seront équipées de caméras go pro. «Notre objectif est de faire un film de cette aventure», et promouvoir l’édition 2015 de la course, que les organisateurs souhaitent encore plus mobilisatrice.