Une étude sur les drogués au travail

©2006 20 minutes

— 

L'entreprise doit-elle agir contre les addictions (alcool et drogue) de ses employés ? Une étude de l'observatoire régional de la santé au travail révèle que 92 % des personnes interrogées – dans une quarantaine d'entreprises privées – pensent que l'alcoolisme et la toxicomanie sont un problème important dans l'entreprise. « Les risques de ces addictions sont les accidents et la désinsertion professionnelle du salarié qui se retrouve isolé », explique-t-on au cabinet d'études chargé de l'enquête. En effet, 26 % des entreprises ont suspecté des cas d'accidents pouvant être liés à une conduite addictive. Pourtant, près de la moitié d'entre elles n'envisagent aucune prévention. « Les employeurs se posent la question seulement quand une crise aiguë survient, alors qu'il faut dépassionner le débat et mettre les employés à l'aise pour en parler », explique Edith Bannwarth, médecin du travail.

L'an dernier, trente-cinq entreprises girondines ont tout de même opté pour la sensibilisation en faisant appel à l'Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (Anpaa), contre une vingtaine en 2005. « En général, on nous appelle quand il y a un problème avec un salarié et nous faisons une démarche globale pour mettre en place des mesures, indique Céline Blazy, la directrice de l'Anpaa. Mais ce sont des grosses boîtes qui instaurent cela, car il faut dégager un budget et du temps. Cette démarche peut impulser une prise de conscience et peut être aussi efficace que le soutien familial ».

Orianne Dupont