L'habitat remonte en tête des priorités

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

L'apparition de tentes allées de Tourny chatouille les institutions, de plus en plus bavardes au sujet du logement. Le préfet de Gironde, Francis Idrac, devrait signer ce matin un protocole expérimental avec les bailleurs sociaux de la conférence HLM. Le but : attribuer « mille logements dans le parc public HLM à des publics prioritaires ». Ce protocole s'appliquera jusqu'au 1er juillet. Les logements visés constituent le « contingent préfectoral », soit un tiers des logements sociaux, dont la gestion était jusqu'ici déléguée aux bailleurs.

Ces derniers y voient « une amélioration du mode d'attribution des logements ». Selon Sylvie Régnier, directrice de l'association régionale des organismes HLM, il s'agit de « favoriser la sortie des structures d'hébergement d'urgence ». « Mais on ne rattrapera pas le retard pris dans les constructions », admet le préfet. Même si l'Etat met les bouchées doubles depuis quelques années. « En Gironde, il a financé deux fois plus de logements entre 2003 et 2005 qu'auparavant », souligne Francis Idrac. En 2006, un record a même été battu, avec « plus de trois mille constructions ». Pour la CGT Aquitaine, il ne s'agit pas seulement d'un déficit de logements, mais aussi d'une mauvaise évaluation des besoins. « Le fait d'avoir un travail et ne pas trouver de logement prend de l'ampleur », commente le syndicaliste Jean-Pierre Labroille. Le public prioritaire pourrait être plus important que prévu. « Nous avons constaté que 1 % des cheminots d'Aquitaine et de Poitou-Charentes dorment dans leur voiture », souligne le syndicaliste.

M. G. et O. D.

Les chiffres : 100 000 demandes ne sont pas satisfaites dans la région, 50 000 en Gironde. En Aquitaine, le délai d'attente est estimé à trois ans minimum. 25 % de hausse des salaires en sept ans, pour un doublement des prix du logement (loyer + charges). 3 villes ont fait l'objet d'un arrêté préfectoral de carence en 2006, car elles ne respectaient pas le quota de 20 % de logements sociaux. Il s'agit de Gujan-Mestras, du Pian-Médoc et de Saint-Loubès. Bordeaux en compte 15 %.