Autopartage: Citiz accélère son développement

MOBILITE Le réseau de véhicules en libre-service Citiz va continuer de se déployer à Bordeaux en 2014...

Mickaël Bosredon

— 

Le réseau d'autopartage Citiz à Bordeaux
Le réseau d'autopartage Citiz à Bordeaux — M.BOSREDON/20MINUTES

Comment Citiz (ex-Autocool), la coopérative d’autopartage à Bordeaux, a-t-elle réagi après l’arrivée du réseau BlueCub (groupe Bolloré) à Bordeaux en décembre 2013 ? En accélérant. Citiz vient en effet d’annoncer toute une série de nouveautés pour son réseau de voitures en autopartage. Dès mardi, deux nouveaux véhicules hybrides (des Toyota Yaris) viendront rejoindre les deux autres déjà proposés depuis 2013. «Nous en disposerons de cinq de plus en avril, dont une Toyota Auris» détaille Nicolas Guenro, directeur général de Citiz Bordeaux.

La flotte de Citiz proposera ainsi 55 voitures en avril, et «soixante en septembre» annonce encore Nicolas Guenro.

Booster la catégorie des «familiales»

La coopérative a également décidé de mener des actions tarifaires en 2014. «Depuis le 1er janvier les nouveaux abonnés peuvent profiter de la suppression des frais d’inscription. Et nous proposons une action ciblée sur nos douze véhicules familiaux (monospaces et utilitaires).» Un peu moins empruntées que les autres véhicules, ces familiales (catégorie L) pourront être louées du 20 mars au 20 juin au prix de la catégorie M. «Nous voulons voir s’il s’opère un effet prix, auquel cas cette initiative sera prolongée» explique Nicolas Guenro.

Enfin, Citiz, déjà présent dans le centre de Bordeaux, et en première couronne de Bègles à Mérignac, va ouvrir une nouvelle station dans l’éco-quartier Ginko, à Bordeaux-Lac, en avril. «Ce sera une station pour véhicules hybrides. Nous verrons s’il y a de la demande, mais pour nous cela a évidemment du sens d’être présent dans ce quartier où, à priori, les habitants sont sensibilisés aux enjeux environnementaux.»

900.000 kms parcourus en 2013

Car le but de l’autopartage est bien, rappelons-le, de diminuer le nombre de véhicules en ville, en proposant des voitures en libre-service. «Nous avons à ce jour environ 1.500 personnes qui utilisent notre service, et nous espérons atteindre 2.000 utilisateurs d’ici à la fin de l’année» annonce Nicolas Guenro.

En 2013, Citiz a réalisé un chiffre d’affaire de 450.000€ (HT) en hausse de 12% par rapport à 2012. «Nos véhicules ont parcouru 900.000 kms, soit une moyenne de 19.000 kms par voiture. C’est plus que la moyenne des voitures particulières (12.000 kms/an). Tout l’enjeu de l’autopartage est là: optimiser au maximum un objet qui prend beaucoup de place en ville.»

L’arrivée des BlueCub n’a pour l’instant pas pénalisé Citiz. «Je reste persuadé qu’il s’agit de deux services complémentaires, assure Nicolas Guenro. BlueCub, c’est bien pour réaliser des petits trajets en ville, et se rendre d’un point A à un point B. Citiz permet au contraire de conserver le véhicule, pour faire des courses, se rendre à un rendez-vous, voire partir en week-end ou en vacances. L’utilisation moyenne d’une BlueCub se situe entre 15 et 30 minutes, quand elle est de 7 heures pour une Citiz, même s’il y a des disparités très fortes, puisque cela va de trente minutes à deux semaines… »

Nicolas Guenro rappelle par ailleurs que le réseau Citiz est national, «et que les Bordelais peuvent ainsi profiter des 800 voitures réparties dans 80 villes en France.»