Des Roumains toujours en situation précaire

©2006 20 minutes

— 

Les Roumains et les Bulgares ne sont officiellement plus expulsables. Si beaucoup ont été régularisés avant l'entrée des pays dans l'Union européenne, le 1er janvier, il reste des cas préoccupants. Comme cette femme et sa fille de 6 ans sans papiers – récemment parrainées – qui ont reçu à Bordeaux la visite de la police le 22 décembre.

« Nous n'avons rien de nouveau sur leur dossier, nous allons donc demander une audience au préfet », explique Valérie Vicenty, membre de RESF 33. L'avocat Frédéric Georges demeure également prudent : « Leur situation est moins précaire, mais ça ne va pas s'arranger automatiquement. » D'ailleurs, il envisage de poursuivre la procédure juridique pour une cliente roumaine dont la famille réside en France.

Si les Roumains et les Bulgares ont désormais la possibilité de circuler sans visa, ils ne peuvent accéder qu'à une soixantaine de métiers. Un décret devrait apporter des précisions, mais la préfecture reste décisionnaire. Elle n'a pas souhaité communiquer hier.

Orianne Dupont