Dix aberrations à bannir de la ville

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Le mois de janvier est la période idéale pour prendre des bonnes résolutions. On espère qu'il en sera de même pour Bordeaux, qui doit faire des efforts. En effet, la capitale girondine n'est pas toujours le havre de paix qu'on s'imagine, certaines aberrations persistent et contrarient les Bordelais au quotidien. Est-ce que ça va bouger cette année ?

1 De la gadoue sur les places bordelaises

Quel bonheur de salir ses chaussures ou le bas de son pantalon les jours de pluie en traversant les Quinconces, la place Pey-Berland ou les allées de Tourny ! Et à chaque fois, une question vient au malheureux passant : mais pourquoi ne pas choisir un revêtement adapté au climat bordelais ?

Ce qui va se passer ? « C'est l'éternelle question », commente juste la mairie. Mais il semblerait qu'il soit impossible de carreler ou goudronner ces lieux. Pas de changement prévu pour 2007.

2 Pas de place pour les cyclistes

Avec ses 2 600 arceaux, la ville peine à satisfaire ses administrés qui ont opté pour la petite reine. En effet, le vélo représente déjà plus de 5 % des déplacements dans la CUB. Devant le cinéma ou dans le secteur de la Victoire, le pauvre cycliste erre souvent avant de trouver une place.

Ce qui va se passer ? Comme chaque année, 300 arceaux seront installés. Aujourd'hui, on compte 4 000 places de stationnement pour 55 458 cyclistes.

3 A minuit, tout le monde regagne son lit

Les cinéphiles et les noctambules ont intérêt à s'offrir une montre s'ils ne veulent pas rater le dernier tramway, à minuit. En octobre, les horaires ont été réduits du dimanche soir au mercredi soir pour faciliter les travaux de maintenance. Minuit, ça reste tôt pour une ville étudiante.

Ce qui va se passer ? Rien. Pour la communauté urbaine de Bordeaux, cet aménagement était nécessaire. Par ailleurs, en début de semaine, l'affluence est quasi nulle après minuit.

4 Des bouchons jusque dans la gare Saint-Jean

Le parking-minute de la gare Saint-Jean pourrait être rebaptisé le « parking-seconde », car régulièrement, et surtout le week-end, on ne peut qu'y passer, et encore quand il n'y a pas de bouchon à l'entrée. Sa taille – une quarantaine de places – est disproportionnée par rapport à la fréquentation.

Ce qui va se passer ? Le nombre de places s'élèvera à 150, les usagers devront prendre un ticket et seule une partie du temps sera gratuite. Mais il faut attendre début 2009...

5 L'herbe du tram fait grise mine

L'été, il est brûlé. L'hiver, il est détrempé... Le gazon sur les lignes de tram aurait pu donner un côté champêtre, mais l'effet est raté.

Ce qui va se passer ? Bonne nouvelle : ça va changer. A la fin de l'année, les pelouses de Bir-Hakeim et de la rue de Tauzia seront remplacées par du Scintiflex, un revêtement bitumeux qui scintille. Mais la CUB n'a pas dit son dernier mot, il y aura six hectares de pelouse sur la deuxième phase du tram avec un système d'arrosage intégré.

6 Des parkings où garer son portefeuille

La voiture à Bordeaux, il ne faut même pas y penser. Dans les rues, il n'y a pas de place et dans les parkings, on se ruine (plus de 15 e la journée). La nuit, en revanche, c'est plus intéressant car la plupart des parkings pratiquent des forfaits à 1, 50 ou 2 e.

Ce qui va se passer ? La CUB explique que la surtaxe est volontaire pour éviter les « voitures ventouses ». La première heure et demie est moins chère pour inciter la rotation des places. Elle compte sur l'ouverture de parcs-relais – cette année à Floirac et de sept autres, en 2008 – pour désengorger les parkings.

7 Le handball reste sur la touche

La ville est privée de championnat du monde de handball (décembre) au profit de Pau. La salle Jean-Dauguet qui était susceptible de les accueillir n'était pas adaptée pour les retransmissions télé. Dommage, surtout que la Gironde possède tout de même trois clubs en D1 (Mérignac, Mios-Biganos et Bègles).

Ce qui va se passer ? Un projet de salle d'envergure de Floirac est dans les tuyaux, mais pour le moment rien ne filtre. Bordeaux doit vraiment regretter de ne pas avoir de Zénith.

8 Les hockeyeurs au chômage technique

Les Boxers de Bordeaux qui évoluent en D1 (deuxième échelon national) sont parfois contraints d'aller jouer à Anglet. Pourquoi ? Une fois encore, faute de Zénith, la patinoire sert de salle de spectacles et même si elle n'est pas non plus idéale pour les concerts, l'aménagement de la patinoire de Mériadeck correspond plus aux artistes qu'aux sportifs.

Ce qui va se passer ? C'est ce que se demandent les hockeyeurs, qui attendent eux aussi la création d'une salle digne de ce nom pour récupérer leur patinoire.

9 Les poubelles pourrissent l'ambiance

Bordeaux, ses poubelles et ses points tri qui débordent et ses plan propreté... Un véritable leitmotiv girondin. Riverains et commerçants saturent...

Ce qui va se passer ? Au deuxième semestre 2007, la mise en place de la collecte sélective entre les cours et les boulevards devrait réduire les nuisances. Pour l'hypercentre, une étude va être lancée afin de trouver un système adapté.

Orianne Dupont et Marion Guillot

Depuis que le bus du fleuve a fait son dernier voyage, la Garonne paraît bien désoeuvrée. Certains se creusent la tête pour mettre en place un réseau de transport à la fois urbain et touristique. Mais la CUB semble sceptique car peu de personnes empruntaient l'ancien bus du fleuve.