Bordeaux attend ses Don Quichotte

©2006 20 minutes

— 

A quand des tentes devant un lieu emblématique de la ville de Bordeaux ? Pour le moment, Les Enfants de Don Quichotte, à l'origine de l'installation des tentes pour SDF le long du canal Saint-Martin à Paris, n'ont pas fait d'émules en Gironde. Mais ça pourrait bien venir. Alors que des actions du même type sont en train de se mettre en place dans plusieurs grandes villes de France, les responsables parisiens de l'association font savoir qu'ils étudieront le cas de Bordeaux lors d'une réunion demain.

En attendant que se crée peut-être une émanation locale du collectif, les associations déjà présentes à Bordeaux sur le terrain de l'aide aux sans-logis jouent les observateurs. « C'est une initiative remarquable pour attirer l'attention des Français sur le problème du logement, commente la Girondine Françoise Jeanson, présidente de Médecins du Monde. Nous soutenons globalement leur action. Nous verrons bien si le mouvement gagne Bordeaux. » « Je trouve curieux que l'on décide à Paris de ce qui pourrait se faire à Bordeaux, commente l'adjointe en charge des affaires sociales à la mairie, Véronique Fayet. Certes la situation est difficile ici aussi, mais nous n'avons pas attendu l'opération médiatique de ces gens pour nous pencher sur la question du logement. » « La situation ici est gravissime, estime le porte-parole de Droit au logement, Jean-Philippe Gasparotto. La population des SDF est comprise entre 3 000 et 5 000 personnes selon les études. Mais au-delà, c'est aussi la question des mal-logés qui se pose dans l'action des Don Quichotte, et Bordeaux n'y échappe pas. Or ce mouvement repose sur des initiatives individuelles. On verra si elles vont surgir. »

Sophie Lemaire

En Gironde, le dispositif d'hébergement d'urgence mobilise 284 places tout au long de l'année. En hiver, 117 places sont ouvertes en plus, et 91 autres s'y ajoutent lors du passage aux niveaux 2 et 3 du plan grand froid.