Fin de débat houleuse sur la LGV Bordeaux-Espagne

©2006 20 minutes

— 

Sifflets, banderoles et cartons rouges. L'ultime réunion du débat public sur la ligne ferroviaire Bordeaux-Espagne, mardi soir, a été marquée par la mobilisation des opposants au scénario nº 3, qui envisage la construction d'une ligne à grande vitesse passant par le Sud-Gironde et l'est des Landes. Elus, associations de défense de l'environnement et de riverains des zones concernées ont bruyamment défendu le scénario nº 1, qui prévoit l'aménagement des lignes actuelles.

Face à la salle hostile dénonçant un fossé entre « grands » et « petits » élus, les partisans du tracé nº 3 ont quand même tenté de se faire entendre dans un débat qui dépasse les clivages politiques. Le président de la région, AlainRousset (PS), le maire de Bordeaux, Alain Juppé (UMP), la CCI ou le conseil général des Landes (majorité PS) ont exprimé leur préférence pour une vraie ligne à grande vitesse par l'Est. En attendant la décision finale, les opposants au tracé 3 promettent déjà des recours en justice.

S. L.