Bordeaux déploie son arsenal d'hiver

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Cent dix-sept places d'hébergement d'urgence supplémentaires, renforcement du 115 et des équipes mobiles du Samu social. Alors que le froid a fait sa première vraie percée sur la Gironde, la préfecture et la ville de Bordeaux ont présenté hier le dispositif hivernal d'accueil des sans-abri. Quatre-vingt-douze des cent dix-sept places mobilisées étant situées à Bordeaux, Alain Juppé ne s'est pas privé d'insister sur l'implication de la ville dans le dispositif. Celui-ci vient s'ajouter aux 284 lits disponibles en Gironde toute l'année et sera renforcé en cas d'activation par la préfecture des niveaux 2 et 3 du plan grand froid. Cet hiver, le nombre de places est en légère hausse : 492 places en cas de niveau 3, qui seront portées à 521 en janvier, contre 472 l'an dernier.

La ville n'a pas vu apparaître dans ses rues les tentes de SDF qui se multiplient dans la capitale. « A Bordeaux, nous avons un dispositif d'accueil d'urgence correct, nous ne sommes jamais vraiment débordés, affirme l'adjointe au maire en charge des Affaires sociales, Véronique Fayet. C'est plutôt la sortie de l'urgence et l'entrée dans un dispositif de logement social pérenne qui posent problème. » Présidente du collectif associatif qui gère la Halte 33, Françoise Parrot constate « quand même que de nombreuses personnes sont envoyées chez nous par le 115 faute de lits disponibles dans les centres d'accueil d'urgence ». La Halte 33 propose aux SDF douche chaude, collation et quelques heures au calme. Mais pas de lit pour dormir. Les travailleurs sociaux y voient défiler une quarantaine de personnes chaque nuit. « Quantitativement, la situation de nous semble pas empirer, affirme Françoise Parrot. Mais nous constatons que 7 % de nos visiteurs sont des gens qui travaillent, souvent à temps partiel ou en intérim, et qui ne parviennent pas à trouver un logement. »

Sophie Lemaire

Le 115 est un service d'urgence gratuit. Il oriente les sans-abri vers les centres d'accueil et recueille les signalements de personnes en difficulté.