Ralentissement des exportations de vins de Bordeaux vers la Chine

ECONOMIE Les exportations ont diminué en 2013, mais restent à un très haut niveau...

E. P.

— 

Les vins de Bordeaux au Hong Kong wine and dine Festival.
Les vins de Bordeaux au Hong Kong wine and dine Festival. — Mickaël Bosredon / 20 MINUTES

La Chine est devenue le premier consommateur mondial de vin rouge en 2013, et détrône la France, selon une étude de conjoncture Vinexpo sur le marché des vins et spiritueux en Asie-pacifique et dans le monde. La Chine est cependant le cinquième pays consommateur de vin en général, comprenant les vins dits tranquilles et les vins effervescents, loin derrière les États-Unis, la France et l'Italie.

A Bordeaux, le marché chinois reste un gigantesque territoire de développement. Mais depuis la rentrée 2013, les exportations de vins de Bordeaux vers la Chine ralentissent. Elles ont diminué de 8% l’an passé. Les volumes restent néanmoins très importants avec 488.000 hectolitres exportés en 2013, dont plus de 96% de rouge. De 2000 à 2012 les exportations de vins de Bordeaux vers la Chine n’ont cessé d’augmenter, dans des proportions impressionnantes: les exportations sont passées de 2.000 hectolitres en 2002 à 538.000 litres en 2012.

Toutes les appellations ne sont pas concernées par la baisse. «Sur 2013, ce n’est pas du tout un marché en régression pour nous, il progresse en volume et en valeur. La Chine est devenue notre premier marché, avec plus de 23% des volumes à l’export, fin juillet 2013», remarque Patricia Zabalza, directrice de l’Union des Côtes de Bordeaux. Pour elle, la Chine vient juste de s’ouvrir aux vins de milieu de gamme et un bel avenir s’offre à eux.