«Paix du ciel», la justice lance une instruction

©2006 20 minutes

— 

Une information judiciaire contre X pour homicide involontaire et pratique de la pêche dans une zone interdite a été ouverte hier par le parquet de Bordeaux, quatre jours après le naufrage du chalutier Paix du ciel au large d'Hourtin et la disparition de deux marins. « Des éléments laissent penser que le naufrage a pu se produire à une distance de la côte inférieure au tiers d'un mille marin, soit 600 m, où toute action de pêche est interdite », a expliqué le procureur Bertrand de Loze. Pour le savoir, les enquêteurs comptent sur l'analyse du signal émis par la balise de détresse du navire, dont les résultats devraient être connus d'ici à une semaine. Le chalutier disposait aussi d'une balise de surveillance, destinée à permettre à la police des pêches de localiser les navires, mais elle n'avait pas été activée ce jour-là. « Ce secteur est dangereux, c'est une zone de baïnes avec des vagues importantes et des bancs de sable », ont expliqué les enquêteurs.

S'il s'avère que le chalutier se situait dans une zone interdite, la responsabilité du capitaine, Nicolas Jardin, 22 ans, seul rescapé du drame, pourrait être engagée. Les recherches se poursuivent pour tenter de retrouver les corps des deux marins et localiser la partie principale de l'épave.

S. L.