Stéphanie Moisdon-Tremblay : «C'est une chasse aux sorcières»

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Stéphanie Moisdon-Tremblay, critique d'art, ex-commissaire de l'exposition « Présumés innocents » présentée au CAPC en 2000.

Vous avez été mise en examen hier, avec Marie-Laure Bernadac, entre autres pour « diffusion de messages à caractère pornographique ou violent pouvant être vus par un mineur ». Votre réaction ?

C'est une aberration juridique. Le dossier est vide. Par exemple, on poursuit un artiste mort depuis 1989 et qui n'était pas dans l'exposition ! Il y a une confusion d'objet. La plupart des accusations se fondent sur le catalogue, qui ne reflète pas l'exposition citée dans la plainte déposée par l'association La Mouette. Un catalogue est une réflexion scientifique, qui s'appuie sur des oeuvres qu'on ne retrouve pas forcément dans l'exposition.

Que vous a demandé le juge d'instruction ?

Il m'a interrogée sur le catalogue. Or, j'étais là pour parler de l'exposition ! Je ne comprends pas qu'on puisse en arriver là. La France est ridiculisée internationalement. La liberté d'expression est pourtant inscrite dans notre Constitution ! Cette exposition est aujourd'hui un référent historique. Tout le monde dit qu'elle s'imposait. Et nous en sommes arrivés à décliner nos CV et ceux des artistes... On chasse les intellectuels comme des sorcières.

La plainte cite notamment une vidéo diffusée dans un tunnel et montrant une artiste en train de se masturber...

Il y avait un gardien qui bloquait l'entrée du tunnel, car cette vidéo risquait d'être mal comprise et mal vécue. Il faut une certaine maturité et une certaine éducation à l'art face à ce type d'installation. Mais cela pose des questions que les intellectuels doivent se poser. L'art a cette fonction. Une société qui refuse ses propres représentations est une société malade, vouée à sa propre destruction.

Comment allez-vous organiser votre défense ?

On va porter ce débat à l'échelle de la collectivité. J'espère que cette période liberticide n'est qu'une transition.

Recueilli par Marion Guillot