Publicité : Le plagiat se tape l'affiche à Bordeaux

MARKETING Le blogueur et créatif Joe la pompe sera à Bordeaux vendredi et samedi à la rencontre d'étudiants en publicité. Il dénonce le plagiat de certaines campagnes de pub, qui sévit dans le milieu.....

Mickaël Bosredon

— 

Jean-Philippe Taris, directeur de création chez Publicis, à Bordeaux
Jean-Philippe Taris, directeur de création chez Publicis, à Bordeaux — S.ORTOLA/20MINUTES

La publicité, un monde de copieurs ? Spécialiste de la traque au plagiat, le blogueur «Joe la pompe» sera à Bordeaux vendredi et samedi pour animer des débats avec des étudiants de Sup de Pub Bordeaux sur la problématique des campagnes de publicité copiées sans autorisation.

A Bordeaux, l’antenne de l’agence Publicis Activ, a été directement confrontée au problème en 2005. «Une campagne d'Olivier Ossard pour la chaîne CinéCinéma, dont l’idée était de montrer les sous-vêtements de héros de films épinglés sur une corde à linge, a été reprise deux ans plus tard dans une publicité pour le magazine Première. Dans ce cas, puisque cela arrive plusieurs années après, on laisse couler. On se satisfait en se disant que l’idée originale devait être bonne», plaisante Jean-Philippe Taris, directeur de création chez Publicis Bordeaux.

«Pas le temps de vérifier»

Le problème peut-être différent lorsque deux campagnes sont amenées à sortir au même moment. Mais la situation dégénère rarement au point de se retrouver devant les tribunaux. «J’ai 55 ans, et en trente ans de carrière, cela n’a jamais été jusque-là. Nous arrivons toujours à trouver une solution entre agences, parce que si deux campagnes similaires sortent en même temps, personne n’est gagnant.» Et le créatif d’insister sur l’intérêt de «créer», «d’inventer», au risque de perdre «tout plaisir» à travailler.

Pourtant, le plagiat est une réalité. «Joe la pompe» le montre constamment sur son blog. «Oui, mais je ne pense pas que cela soit fait volontairement, analyse Jean-Philippe Taris. Dans notre milieu, il faut être à l’écoute de ce qu’il se fait, des tendances du moment, et ce qui inspire une agence peut en inspirer une autre. Nous n’avons pas le temps d’aller vérifier, à chaque fois, si une idée a déjà inspiré une autre campagne ailleurs.»

Il anime ses conférences masqué

Point de vue que ne partage pas le blogueur, créatif à Paris de son côté. «Parfois, j’arrive à retrouver des campagnes de pub existantes en seulement trois clics sur Internet, assure-t-il. Les agences ne se donnent pas les moyens de vérifier.» Cela dit, Joe la pompe estime également que «la plupart du temps, il s’agit d’accidents. Il n’y a pas plus de tricheurs dans la publicité que dans d’autres secteurs, mais avec Internet, on retrouve les plagiats plus facilement…»

La démarche de Joe la pompe n’est pas toujours bien accueillie. «Lorsque j’ai lancé mon blog en 1999 j’ai reçu de nombreuses critiques de la profession. Cela va mieux maintenant», assure-t-il. Il n’empêche que Joe la pompe préfère toujours préserver son anonymat, et continue à animer ses conférences masqué.

Joe la pompe sera vendredi 24 janvier à 16h30 au H19 (locaux INSEEC Business School) et samedi 25 janvier à 15h à l’Ecole Sup de Pub (91, quai des Chartrons).